- Publicité -
mardi, mai 17, 2022
DomicileFaits-DiversAnkadikely-Ilafy : Un couple d’octogénaires attaqué par dix bandits armés

Ankadikely-Ilafy : Un couple d’octogénaires attaqué par dix bandits armés

On dirait que les malfaiteurs sont en train de défier les forces de l’ordre. La situation d’insécurité qui prévaut à l’heure actuelle dans les communes périphériques de la capitale en est la preuve. Agissant en groupe, les malfrats parviennent le plus souvent à perpétrer une série d’attaques à chaque fois qu’ils sévissent. Le problème est d’entendre qu’ils réussissent toujours leur coup dont les victimes ne font que subir les conséquences. Tel est le cas d’un couple d’octogénaires (âgés respectivement de 84 et de 82 ans) résidant à Ankadikely-Ilafy, la nuit du samedi 6 juin au dimanche 7 juin dernier. Le domicile de ces doyens a fait l’objet d’un braquage par une dizaine de bandits munis d’un pistolet et d’armes blanches. L’acte a été commis vers 2 heures du matin. Selon les informations, les assaillants ont fracassé la porte pour pénétrer dans la maison alors que les occupants étaient tous dans les bras de Morphée. Prises au dépourvu, les victimes n’avaient plus d’autre choix que de se plier aux exigences de la bande. Une somme de 140 000 Ariary en argent liquide, trois téléphones portables et des bijoux en or ont été dérobés. Selon les informations, ce gang serait celui qui a sévi dans le Fokontany de Rangaina, commune Fieferana, la même nuit, soit vers 1 heure du matin. Dans cette première attaque, les malfrats ont violé deux femmes d’une même maison avant de s’emparer de 20 000 Ariary en espèces et une bague en or appartenant à leurs victimes.

Vigilance villageoise. Ce qui intrique l’opinion publique dans cette recrudescence de l’insécurité dans les périphéries de la capitale c’est d’entendre dire que les forces de l’ordre arrivent toujours sur le tard à chaque fois qu’appel de détresse leur est lancé. On se demande alors sur l’organisation de la sécurité mise en place dans les périphéries de la capitale. Cette question s’adresse aux responsables à tous les niveaux, depuis le fokontany jusqu’aux responsables des deux districts entourant la Commune urbaine d’Antananarivo (Antananarivo-Atsimondrano et Antananarivo-Avaradrano) en passant par les communes. Peut-être qu’il est temps de responsabiliser l’ensemble de la population à travers la redynamisation du comité de vigilance villageois. La sécurité est d’ailleurs l’affaire de tout un chacun.

T.M.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici