- Publicité -
samedi 10 décembre 2022
DomicileCOVID-19Coronavirus : Record du nombre de morts et de cas confirmés à...

Coronavirus : Record du nombre de morts et de cas confirmés à Tana

Le PIC de la pandémie étant prévu être atteint vers fin août, les chiffres risquent encore d’exploser dans les semaines à venir.

La panique commence à gagner du terrain dans la Ville des Mille. La contamination s’accélère et le COVID-19 se répand dans tout Tana. Aucun quartier n’est épargné. Hier, la capitale a franchi le cap de 10 morts et 484 cas confirmés en une journée. Un triste record que la Grande île n’a jamais connu depuis le début de cette pandémie. Le bilan général fait désormais état de 53 décès causés par le coronavirus. Alors que l’Exécutif a annoncé le reconfinement total, sur le terrain, le nombre des cas contacts ne cesse d’augmenter. Une statistique plutôt normale et logique dans la mesure où depuis la mise en place du Laboratoire d’Analyses Médicales Malagasy (LA2M) et du Centre de dépistage à Andohatapenaka, le pays a réussi à augmenter le nombre des dépistages au quotidien. Plus le nombre des tests augmentent, plus il faut s’attendre à l’explosion des cas confirmés. Et selon les prévisions pour les semaines à venir, ces chiffres risquent encore d’exploser. En effet, si l’on se réfère à la déclaration du président Andry Rajoelina, le PIC de la pandémie ne sera atteint que vers la fin du mois d’août. D’ici-là, il faut se préparer au pire car le virus est désormais partout. On ne sait plus qui est déjà contaminé et qui ne l’est pas. Certes, les responsables font tout pour veiller au respect des mesures, mais il faut reconnaître que les Forces de l’ordre sont plus présentes dans les centres villes et au niveau des check point installés dans les rues. Mais à l’intérieur des quartiers, les gens continuent de jouer au rami et au foot. Les bars continuent de servir et les attroupements de jeunes sont fréquents, tout en ignorant les gestes barrières et le port de masque.

Changement de mentalité. Si Antananarivo veut réussir son combat contre le COVID-19, un changement de mentalité est de mise. Tout le monde doit agir pour veiller à sa propre santé, ainsi qu’à celle de sa famille et de ses proches. Il ne faut pas attendre l’Etat pour le faire à sa place. Pour un citoyen responsable, cela constitue le minimum de responsabilité à assumer. Actuellement, l’on remarque qu’avec la recrudescence des cas confirmés, le personnel médical semble débordé. D’où la longue file d’attente au Village Voara Andohatapenaka, où plusieurs centaines de personnes font la queue tôt le matin chaque jour pour faire un dépistage. Parfois, les gestes barrières ne sont pas respectés même pour les gens qui présentent des symptômes. En outre, les résultats ne sont connus qu’après une semaine voire dix jours. Pourtant, pendant cette période d’attente, ces gens reviennent dans la Société et continuent de côtoyer leurs proches. D’où la recrudescence des cas contacts. A travers les réseaux sociaux, des médecins publient des témoignages des problèmes logistiques et du manque d’équipements de protection individuelle. Quoiqu’il en soit, le personnel médical et les responsables concernés devraient trouver une stratégie pour améliorer la situation pour faire en sorte que les résultats soient connus rapidement. Lors de sa dernière intervention médiatique, le président Andry Rajoelina a lancé un appel à l’endroit de tout un chacun afin de ne pas attendre les résultats des tests, mais de commencer le traitement dès l’apparition des premiers symptômes. Actuellement, le régime est en train de mettre en place une nouvelle stratégie pour améliorer la prise en charge des patients.

Davis R

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

9 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici