- Publicité -
mardi 28 juin 2022
DomicileEconomieTrafics : Une centaine de tortues saisies à Zanzibar

Trafics : Une centaine de tortues saisies à Zanzibar

La collaboration entre Madagascar et ses îles voisines ainsi qu’avec des pays d’Afrique a porté ses fruits. « En effet, une centaine de tortues en provenance de la Grande île ont été saisies à Zanzibar. Nous procédons actuellement à leur rapatriement », a déclaré la ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Baomiavotse Raharinirina, en marge du lancement du concours photos sur les tortues radiées. Entre-temps, « nous avons mené une campagne de tolérance zéro depuis sept mois pour lutter contre les trafics de nos ressources naturelles. A titre d’illustration, 42 tortues ont été saisies sur la RN7. Des contrevenants ont été arrêtés. En fait, nous ne ménageons pas nos efforts pour appliquer l’Etat de droit en collaboration avec le ministère de la Justice. La preuve, un ressortissant Italien qui est multirécidiviste, est emprisonné à Mahajanga, depuis un an et demie déjà. Ses complices sont actuellement sous-contrôle judiciaire », a-t-elle ajouté.

Interdit par la loi. Il faut noter que les pays africains constituent une destination de transit des tortues exportées illicitement depuis Madagascar. « Les pays asiatiques sont leur destination finale. Une tortue vivante y est vendue entre 300 et 2000 USD. Cette espèce est destinée principalement à la consommation car les Asiatiques ont une certaine croyance que cela leur assure plus de longévité », a-t-elle soulevé. En dépit de tout cela, la ministre de tutelle a évoqué que l’exportation illicite de cette espèce endémique connaît une baisse en ce moment. Elle a également rappelé que la chasse, l’exploitation et l’exportation ainsi que l’élevage domestique des tortues et lémuriens sont interdits par la loi.

Menace. Par ailleurs, Madagascar National Parks veille à la conservation des tortues au niveau des aires protégées sous sa gérance. En fait, « ces parcs constituent une banque de la biodiversité du pays. Nous y effectuons des recherches scientifiques et des suivis écologiques des espèces faunistiques et floristiques », selon les explications du directeur général de MNP. Force est également de reconnaître que les pressions exercées par l’homme sur les ressources naturelles telles que la déforestation et les feux de brousse constituent une autre menace pour les tortues, outre leur exploitation illicite.

Navalona R.

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici