- Publicité -
mercredi 10 août 2022
DomicileEconomieAccès à l’électricité : Le projet Volobe fera 2 millions de bénéficiaires...

Accès à l’électricité : Le projet Volobe fera 2 millions de bénéficiaires en 2025

Une transformation économique est attendue dans les zones environnantes du projet Volobe, à l’exemple de la commune rurale d’Ambodilazana.

L’hydroélectricité est une réponse fiable à la crise énergétique actuelle, selon les promoteurs du projet Volobe. L’accès suffisant à l’électricité est indispensable pour la relance et l’intensification des activités économiques, d’après leurs explications.

 Plus de 800 sites hydroélectriques à haut potentiel inexploité ont été répertoriés à Madagascar, avec une puissance allant de 10 kW à 600 MW. Avec ces potentiels, le gouvernement a priorisé deux grands projets hydroélectriques et quelques projets à petite échelle permettant de fournir de l’électricité à toute la population dans des conditions durables et à des prix abordables. Aujourd’hui où la crise énergétique s’intensifie davantage à la veille d’une relance économique, le projet Volobe soutient les opportunités que présente l’énergie hydroélectrique. En effet, Volobe est un projet d’envergure pour la transition du pays vers une énergie renouvelable et modulable. « Il soutiendra et deviendra le moteur de la croissance économique de l’île et en premier lieu le premier et plus grand port du pays. Etant toujours considéré comme capitale économique de Madagascar surtout avec l’extension du port et la mise en place des infrastructures de base dans la région Atsinanana, Toamasina fait toujours face à un défi énorme en termes d’approvisionnement en électricité. Si Toamasina a un besoin annuel d’environ 200 GWh/an, la capacité actuelle ne peut donner que 110 GWh/an. L’aménagement du projet Volobe amont est une réponse fiable à cette situation avec une puissance installée de 120 MW. La construction du barrage hydroélectrique permettra à Madagascar de rentrer pleinement au cœur de la transition énergétique et s’appuie sur une ingénierie de pointe permettant d’atteindre un coût du kilowattheure compétitif à Madagascar », ont indiqué les promoteurs du projet.

Grande envergure. A noter que le projet Volobe produira, à lui seul, une moyenne de 750 Gigawattheures d’électricité par an, soit près de 40% de la production électrique actuelle du pays. L’aménagement hydroélectrique de Volobe amont permettra de se substituer à la production d’électricité à base de diesel ou de fuel lourd, très polluant et inaccessible pour la majorité des ménages car trop cher. Sa production, à l’horizon de 2025 pourra être aisément absorbée par le tissu économique local de Tamatave et Antananarivo en créant environ 1 500 emplois pendant la phase travaux mais permettant au-delà de soutenir la croissance économique et la création d’emplois associés à l’implantation de nouvelles installations industrielles. Selon les informations, 360 000 ménages pourront avoir accès à cette énergie, grâce au projet, bénéficiant ainsi à environ 2 millions de personnes. « La construction d’un aménagement hydroélectrique comme Volobe permettra une exploitation bien au-delà de la durée de concession aujourd’hui discutée (35 ans) en continuant de produire de l’électricité pendant plusieurs générations. De plus, l’aménagement hydroélectrique de Volobe permettra de désenclaver près de 24 000 personnes grâce à la réalisation d’un pont sur l’Ivondro et en rénovant les pistes existantes pour permettre la circulation. 2 SIE (Système d’information énergétique) à Madagascar », ont indiqué les responsables du projet.

Valeurs ajoutées. L’émergence de Madagascar ne peut se faire sans accès à l’électricité. Outre la mauvaise qualité des services d’approvisionnement en électricité, seulement 15% de la population malgache ont accès à ces services, dont 7% de la population rurale. En effet, les activités génératrices de revenu sont très limitées et le progrès technique ne peut se faire, sans électricité, selon les économistes. De son côté, le projet Volobe met en exergue les retombées socio-économiques du projet hydroélectrique. Ils ont cité, d’abord, l’économie d’argent, car les énergies renouvelables coûtent moins cher que les générateurs au diesel. Ce qui permettra à l’Etat d’investir davantage dans le social et autres infrastructures. Ensuite, la facilitation de l’accès à l’électricité pour tous, y compris dans les zones rurales les plus reculées. En outre, les résultats des études démontrent que les générateurs au diesel sont responsables de plus de 72% des émissions de CO2, ce qui a des impacts conséquents sur la santé publique et sur l’environnement. L’autonomisation des femmes et la création d’emplois sont également mises en avant par les partisans de l’hydroélectricité, qui mettent en avant le fort potentiel en création d’emplois locaux/régionaux directs et indirects généré par l’accès à l’électricité, favorisant le développement des activités de transformation et de production génératrices de revenus. Selon eux, les communautés locales seront ainsi moins marginalisées et en mesure d’éviter l’exode rural.

Antsa R.

- Publicité -
Jovena
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici