- Publicité -
mardi 9 août 2022
DomicileEconomieFièvre de la vallée du rift : 480 bovins tués et 152...

Fièvre de la vallée du rift : 480 bovins tués et 152 petits ruminants malades

La population est sensibilisée de ne pas acheter de viande de bœuf provenant des animaux suspects ou morts subitement et à ne pas boire de lait cru ou non pasteurisé car cette maladie virale se transmet à l’Homme.

Une épidémie de la Fièvre de la Vallée du Rift (FVR) survient dans trois régions de l’île, à savoir Atsimo Andrefana, Vatovavy Fitovinany et DIANA, depuis la fin du mois de février dernier. Cette maladie virale qui a été identifiée à Madagascar depuis 1979, réapparaît presque tous les dix ans, notamment durant la période de 1990- 1991 et 2008-2009 et maintenant en 2021. Elle affecte notamment les bovins et les petits ruminants par l’intermédiaire de piqûres de moustiques comme l’Aedes et le Culex qui sont vecteurs de ce virus. Depuis la réémergence de cette épidémie de la FVR qui a été localisée cette année dans ces trois régions, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, fait état de 480 bovins tués dont 473 têtes à Mananjary et 7 autres à Ambanja. En outre, 152 petits ruminants sont actuellement malades à cause de cette maladie virale. Parmi lesquels, 122 animaux sont localisés dans les districts de Toliara II et Ankazoabo dans la région Atsimo Andrefana tandis que le reste a été identifié à Ambanja. Ces foyers de FVR chez les ovins et les caprins ont été confirmés au niveau du laboratoire de l’Institut Pasteur de Madagascar, a-t-on appris.

Transmission à l’Homme. D’après les explications du Dr Harimanana Rasoanarimalala, directeur du Service Vétérinaire, la fièvre, l’avortement des femelles gestantes, le syndrome hémorragique, les vomissements et par la suite la mortalité sont entre autres, les signes cliniques de la maladie de la FVR. « Les animaux sont contagieux pendant leur période virémique qui peut persister jusqu’à huit jours. La Fièvre de la Vallée du Rift constitue également une zoonose ou bien une maladie affectant les animaux et qui peut se transmettre à l’homme par le biais des contacts directs ou indirects avec du sang ou des organes des bétails infectés », a-t-elle fait savoir. En outre, le virus peut se transmettre lors de la manipulation des tissus animaux au cours de l’abattage ou de la découpe, pendant les mises bas et les interventions vétérinaires ou lors de l’élimination des carcasses ou des fœtus. Afin de lutter contre cette épidémie de la Fièvre de la Vallée du Rift  « des mesures ont été prises par le ministère de tutelle. Il s’agit entre autres, de la publication d’un arrêté interdisant tout mouvement des bovins et des petits ruminants au niveau des localités infectées dans ces trois régions concernées. Une équipe de techniciens du ministère et des docteurs vétérinaires se sont en même temps rendus sur place dans le but de contenir cette épidémie », a expliqué Lezoma Tsiry Andriamalatola, le directeur général de l’Elevage.

Aucun traitement et vaccin. Par ailleurs, il a lancé une forte sensibilisation à toute la population y compris les éleveurs en interdisant la consommation de viande qui n’a pas été bien cuite ainsi que l’ingérence du lait cru ou non pasteurisé qui peuvent provenir des animaux atteints de cette maladie virale, et ce, pour ne pas être contaminée. « Des contrôles seront également renforcés au niveau des sites d’abattage car le personnel qui y travaille sera le plus exposé. Dans tous les cas, il est formellement interdit d’acheter ou de consommer de la viande de bœuf provenant des animaux qui sont suspects ou morts subitement. En effet, il n’y a aucun traitement ni vaccin contre la Fièvre de la Vallée du Rift jusqu’à présent », a-t-il conclu.

 Navalona R.

- Publicité -
Jovena
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici