- Publicité -
mardi 9 août 2022
DomicileÀ lireCimetière de « Firaisam-po » : Contestation des riverains à Sabotsin’Ambatofotsy

Cimetière de « Firaisam-po » : Contestation des riverains à Sabotsin’Ambatofotsy

Face à l’urgence de la situation due à l’épidémie de coronavirus, deux nouveaux cimetières  publics « Firaisam-po » ont été instaurés dans le fokontany Mandrosoa Ambohidratrimo et dans le fokontany Sabotsin’Ambatofotsy, commune de Tsiafahy. Les habitants dans les lieux indiqués sont surpris d’entendre la nouvelle. À Ambohidratrimo, il s’agit d’une propriété du ministère de la Justice, un terrain de 5000 mètres carrés qui va être transformé en cimetière public. «  J’ai entendu parler de ce cimetière  à la télévision et on attend la suite…. », déclare R.Line. Les habitants dans la localité ne sont pas contre la mesure prise par l’État selon leur explication recueillie sur les lieux mais demande à l’État de réaménager le terrain. « C’est pour cause d’utilité publique, nous n’avons pas de problème mais nous voulons seulement que les responsables aménagent cet espace qui est actuellement un champ d’ananas et de manioc»,  a expliqué un membre du « kaomitim-pokontany » de Mandrosoa. Par contre à Sabotsin’Ambatofotsy, les riverains sont réticents.  « Qui croirait que ça se passe chez nous ? », se demande Levelo, un riverain près du nouveau cimetière. « On a entendu la nouvelle mais jamais on n’aurait imaginé voir ça ici», déclarent quelques individus contestant la mise en place du cimetière firaisam-po sur les lieux. Les habitants de la localité qui ne sont pas  informés de l’initiative de l’État se demandent sur le choix de l’emplacement du cimetière alors qu’il y a déjà un cimetière non loin de cet endroit. « Historiquement, c’est là que situait le marché du fokontany auparavant,  et quelques familles natives d’ici ont leur tombeau familial près de cet endroit…où est donc la place du «  fomba » et « fady », même si c’est un terrain domanial c’est aussi la terre de nos ancêtres….. », reprochent les riverains. Face à cela, ces individus ont déjà consulté la commune rurale de Tsiafahy. Cette dernière leur  a expliqué que c’est une réquisition de l’État et la commune ne pouvait pas intervenir. Le président du fokontany de Sabotsin’Ambatofotsy n’était pas sur place. Hier soir vers 21 heures, un barrage a été placé par le fokonolona suite à une information sur un enterrement qui va se faire la nuit. En effet, une rencontre entre le fokonolona et le maire de la commune de Tsiafahy est prévue aujourd’hui.

Une importante hausse de décès causée par la covid-19 est survenue dernièrement dans le pays . En effet, les parcelles  du cimetière d’Anjanahary sont remplies de nouvelles tombes à une rapidité glaçante. Depuis le début de cette année, le pays a vu le rythme des nouvelles contagions augmenter fortement, et le nombre de décès quotidiens est à environ 20  par semaine mais le nombre d’enterrements reste toujours très élevé. Connaissant l’ampleur de la situation, une mesure d’implanter deux nouveaux cimetières a été initiée par l’État. Cela a été annoncé par le Président Andry Rajoelina dans son allocution hier soir. « En raison de l’interdiction de sortie des dépouilles mortelles des zones en quarantaine, nous allons construire des cimetières de la solidarité par district », a expliqué le Président de la République. Les réquisitions pour les besoins de la nation donnent à l’État le droit  d’acquérir des biens et services nécessaires à sa disposition.

Yv Sam

- Publicité -
Jovena
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

3 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici