- Publicité -
mardi, mai 17, 2022
DomicilePolitiqueNouveau DG du SAMIFIN : Le rapatriement de devises comme mission prioritaire

Nouveau DG du SAMIFIN : Le rapatriement de devises comme mission prioritaire

Le nouveau DG du SAMIFIN a prêté serment, hier.

La cérémonie de prestation de serment du nouveau directeur général du Service des renseignements financiers s’est déroulée, hier, à la Cour suprême à Anosy.

La prise de fonction est officielle pour le nouveau directeur général du Service des renseignements financiers (SAMIFIN). En effet, Mamitiana Rajaonarison a prêté serment hier devant la Cour suprême à Anosy. Une cérémonie honorée par la présence du président de la République Andry Rajoelina. « J’ai tenu à être présent ici aujourd’hui pour exprimer la détermination de l’Etat malgache à lutter contre la corruption et le blanchiment de capitaux », a souligné le chef de l’Etat lors d’une interview accordée à la presse en marge de la cérémonie. Andry Rajoelina a révélé la mission prioritaire confiée au nouveau patron du SAMIFIN. Il s’agit du rapatriement des devises qui entraîne un manque à gagner important au niveau de la trésorerie de l’Etat, surtout les transactions liées au trafic illicite de nos ressources naturelles, en particulier l’or. Hier, Andry Rajoelina a réitéré que les noms des entreprises exportatrices d’or n’ayant pas respecté les règles du rapatriement de devises étaient déjà connus. Une manière pour lui de laisser entendre que le SAMIFIN dispose déjà de quelques indices pour mener à bien sa mission. D’après les indiscrétions, l’Etat malgache a relevé une dizaine d’entreprises impliquées dans le non rapatriement de devises liées à l’exportation d’or, au titre de l’année 2020. Au total, la valeur des devises que ces firmes n’ont pas rapatrié s’élèverait à plus de 389 milliards d’ariary. Le taux de rapatriement serait seulement de 1,19%. D’où cette décision du président Andry Rajoelina d’en faire une mission spéciale pour le Service des renseignements financiers.

Investigations. En tout cas, le nouveau DG du SAMIFIN, Mamitiana Rajaonarison, affiche une détermination inflexible pour assumer sa mission. Il envisage d’ailleurs de mettre en place de nouvelles stratégies pour rendre efficace la lutte contre le blanchiment d’argent. Désormais, le SAMIFIN ne se contentera plus d’attendre les déclarations d’opérations suspectes de la part des établissements bancaires et financiers pour ouvrir une enquête, mais entend lui-même mener des investigations. « L’objectif est de faire en sorte que les auteurs des infractions qui sont au pays, ne puissent pas bénéficier de l’argent de leurs trafics », a laissé entendre Mamitiana Rajaonarison qui n’a pas non plus manqué d’annoncer que la lutte contre le blanchiment d’argent lié au financement du terrorisme fera également partie des priorités du SAMIFIN. Selon ses explications, pour l’heure, deux dossiers relatifs au financement du terrorisme sont traités au niveau du service.

Obligation de résultats. La question est désormais de savoir si le nouveau DG du SAMIFIN parviendra à accomplir la mission que le président Andry Rajoelina lui confie, pendant son mandat qui est de cinq ans renouvelable, une fois. Depuis son accession au pouvoir, le chef de l’Etat impose une obligation de résultats et un contrat-programme pour les postes aux hauts emplois de l’Etat. Mamitiana Rajaonarison devra donc faire preuve d’efficacité, notamment à propos du rapatriement de devises liées au trafic illicite d’or. Faisant référence à ses réalisations, notamment au niveau de la branche territoriale du Bianco à Toliara, bon nombre d’observateurs estiment que cet administrateur civil, non moins ancien officier de la gendarmerie nationale, serait l’homme qu’il faut à la place qu’il faut pour mener à bien la lutte contre le blanchiment de capitaux à Madagascar.

Davis R

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici