- Publicité -
lundi 15 août 2022
- Publicité -
MG
DomicileSociétéApprovisionnement en eau : 48 000 bénéficiaires dans l’Androy en 2020

Approvisionnement en eau : 48 000 bénéficiaires dans l’Androy en 2020

L’approvisionnement en eau constitue encore une problématique majeure pour de nombreuses communes de l’Androy.

La région Androy enregistre des avancées majeures en matière d’approvisionnement en eau. Le renforcement du pipeline d’Ampotaka en serait l’origine.

La mise en place de systèmes multi usages afin d’approvisionner en eau la population de l’Androy affiche des résultats encourageants. Depuis 2020, « 193 nouveaux systèmes par forages, 50 réhabilitations de forages, et 5 réseaux d’eau ont été réalisés, au bénéfice de 48 000 personnes, en partenariat avec l’UNICEF, et en synergie avec le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, à travers le Programme DEFI (Programme de Développement des Filières et Inclusives) », note un communiqué de presse conjoint du ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène et de l’Unicef.  Une avancée obtenue grâce aux réseaux d’eau d’Evaho de la commune Sihanamaro, de Tsiabetsaka, commune rurale Jafaro, Antanile commune rurale de Manombo et Ankilimasy Ambany, commune rurale de Mikaiky Arivo Ambatomainty peut-on lire dans le communiqué. Le document note que « ces systèmes produisent de l’eau potable à un tarif acceptable pour les communautés, mais aussi de l’eau pour l’usage agricole, notamment pour développer des activités maraîchères et l’élevage, augmentant ainsi les revenus des ménages et leur sécurité alimentaire. Par ailleurs, de nouveaux projets seront engagés d’ici la fin de l’année, et devront permettre à de nouvelles communautés, totalisant 43 000 personnes, d’avoir accès à l’eau potable ».

Renforcement. Quatre systèmes d’approvisionnement en eau potable raccordés au pipeline d’Ampotaka ont également été inaugurés. Un système qui profite à 6 000 habitants des localités de Faux Cap Centre, Anovy Sud, Benonoka et Belitsaka. Elles viennent s’ajouter aux 36 000 personnes déjà desservies par le pipeline Ampotaka qui sont gérés par « des opérateurs privés professionnels, moyennant le paiement d’un tarif raisonnable par les usagers, sous le contrôle de la Direction Régionale de l’Eau Assainissement et Hygiène, garant de la pérennité de ces services ». Par ailleurs, une centaine de sites de maraîchage devraient être raccordés à des pompes à motricité humaine, ou à des pompes solaires d’ici le mois de juillet si l’on s’en tient toujours au communiqué en question. La mise en place de cent petits systèmes d’eau, alimentés par des pompes solaires, ferait également partie de ce projet.

Recueillis par José Belalahy

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici