- Publicité -
jeudi, mai 26, 2022
DomicilePolitiqueFrançois-Levy Dawidson : « De nombreux tenants du pouvoir nuisent à la prospérité du...

François-Levy Dawidson : « De nombreux tenants du pouvoir nuisent à la prospérité du pays »

L’économiste François-Levy Dawidson.

L’épidémie de coronavirus a bouleversé les différentes stratégies économiques à l’échelle mondiale. Évidemment, Madagascar n’est pas épargné et le contexte anime le débat aussi bien politique qu’économique au regard des impacts sociaux provoqués par les ravages de la pandémie. François-Levy Dawidson, professeur agrégé en mathématiques et docteur en théorie des jeux de l’École d’Économie de la Sorbonne, livre ses points de vue.

Midi Madagasikara : Comment voyez-vous le contexte actuel, en général, marqué par la pandémie de coronavirus ?

François-Levy Dawidson : Les statistiques montrent que Madagascar est l’un des pays qui a apporté des solutions efficaces dans la gestion de l’épidémie de Corona. L’impact de cette crise est à la fois une menace et une opportunité pour nous. Si on suit les événements mondiaux ainsi que les points forts du dernier sommet du G7, il faut noter que la circulation des personnes diminuera. Cela aura, en effet, un impact durable sur le tourisme. Aussi, les crises alimentaires peuvent également affecter de nombreux pays et Madagascar sera l’un des pays les plus vulnérables sur ce sujet. L’évolution des modèles sociaux met en évidence également que l’ère du numérique et de l’informatique est incontournable.

  1. M. : Quelles solutions préconisez-vous alors pour faire face à ces enjeux?

F-L D : Sur le plan alimentaire, il est nécessaire que l’État fasse une mobilisation générale en matière de ressources dont il dispose comme l’armée, afin de produire localement et massivement de la nourriture. Par ailleurs, l’État doit investir dans la formation, dans le numérique et l’informatique à travers tous ses démembrements. Il ne s’agit pas par là de Facebook, ou de la bureautique ou même du mobile banking mais plutôt les fondamentaux notamment la sécurité informatique, l’assemblage, l’architecture machine réseaux ou même la cryptomonnaie. Mais il faut noter que ces domaines nécessitent un niveau élevé de connaissances et de compétences en mathématiques et en algorithmes. La nouvelle stratégie des pays occidentaux qui consiste à produire localement les biens confirme cette approche. Du coup, les échanges commerciaux sur les produits artisanaux peuvent être considérablement réduits. Et l’information n’aura plus de frontières, et peut être bénéfique pour les pays qui maîtrisent le numérique et l’informatique.

  1. M. : Comment analysez-vous la situation économique du pays actuellement ?

F-L D : Premièrement, il faut dire que le pays s’est profondément appauvri, surtout depuis 1975. Autant la monnaie malgache a perdu 400 fois de sa valeur entre 1975 et 2000, autant la baisse de la performance économique de ces dernières décennies est considérable par rapport à d’autres pays africains comme la Côte d’Ivoire qui a été, pourtant, prise en exemple. Deuxièmement, il va sans dire que le pays subit un problème structurel de sorte que l’utilisation des instruments de politique économique n’apporte pas de résultats. Il est dans un équilibre métastable de sous-emploi. Selon les statistiques de la Banque mondiale, la mobilisation de ces instruments de politique économique n’impacte pas suffisamment le PIB. Troisièmement, il faut souligner que l’actuel président affiche une volonté de jeter les bases du développement du pays à travers ses différents projets. Cependant, cet effort sera vain et le pays continuera de sombrer, si nous le laissons travailler seul. Et, nombreux sont ceux qui sont au pouvoir actuellement qui mettent en branle le pays et détruisent la nation. Nous devons tous contribuer pour faire régner la vérité et la justice.

M.M. : Que pensez-vous de la revendication des îles éparses ?

F-L D : Les relations internationales sont basées sur des calculs et des stratégies. Dans l’histoire du monde occidental, la vision nationaliste a toujours conduit à des conflits et à des délabrements. Il faut noter que l’outil mathématique utilisé dans les relations internationales est la théorie des jeux. Il importe d’évoquer le courage du président de montrer au peuple malgache que les îles éparses nous appartiennent, que tous les Malgaches devraient en bénéficier. On s’attend alors à ce que cette manifestation se reproduise de plusieurs façons. Parce que beaucoup de nos ressources sont monopolisées illicitement. Par exemple, les Malgaches devraient être informés sur les gisements miniers et pétroliers ainsi que sur les autres sites fertiles à la production agricole ou les sites touristiques. Il faut leur montrer également comment ils peuvent espérer que toutes ces ressources leur seront bénéfiques, pour eux et leur descendance.

Recueillis par Rija R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

5 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici