- Publicité -
samedi 10 décembre 2022
DomicileSociétéPollution au plomb : La décharge d’Andralanitra contaminée, risque sanitaire très élevé

Pollution au plomb : La décharge d’Andralanitra contaminée, risque sanitaire très élevé

Polluée au plomb, la décharge d’Andralanitra constituerait un risque sanitaire très élevé pour la population environnante.

Le mercure, le plomb, l’arsenic, les pesticides, les chlorofluorocarbures, les cyanures, les chlorofluorocarbures, le fluor, l’amiante ou encore le benzène font partie des produits chimiques dangereux faisant l’objet d’un suivi rapproché à Madagascar.

« Plusieurs groupes d’individus et de sites dont Andralanitra ont été identifiés comme étant vulnérables car pollués par des produits chimiques dangereux ». C’est ce que font émerger les réalisations et livrables du projet ChemObs ou Observatoire des produits chimiques. Ceux-ci, comprenant le rapport national d’évaluation de la vulnérabilité aux produits chimiques à Madagascar, l’étude économique du coût de l’inaction, le manuel de formation pour les formateurs et le plan d’actions pour la gestion rationnelle des produits chimiques et du système de traçabilité des produits chimiques, démontrent que la décharge d’Andralanitra est contaminée par du plomb. Ce qui représente « un risque relatif à la santé humaine par le plomb très élevé ». Les réalisations et livrables faisant également savoir que « la population vivant dans les 100 mètres ou dans un rayon de 100 à 500 mètres du site est la plus exposée » . Tandis que « les enfants de moins de 14 ans et les femmes de 14 à 45 ans sont les plus vulnérables ». Outre cela, le plomb représenterait également un risque relatif à l’environnement élevé si l’on s’en tient toujours aux résultats de l’étude de ChemObs.

Outils. Madagascar dispose d’un observatoire de produits chimiques. Mis en œuvre depuis l’année 2018 grâce à un appui du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), l’observatoire « prend en compte un ensemble d’indicateurs clés permettant d’agréger les données, de fournir des informations à jour afin de prédire, prévenir et réduire les risques sanitaires et environnementaux liés aux produits chimiques ». Aussi, l’observatoire national des produits chimiques permettra « de prévenir les incidents chimiques éventuels et de contribuer à la gestion rationnelle des produits chimiques tout au long de leur cycle de vie, depuis l’importation jusqu’à l’élimination, en passant par le transport, le stockage, l’utilisation, l’exploitation et la gestion des déchets». Par ailleurs, outre le plomb, d’autres produits chimiques comme le mercure font beaucoup de victimes à Madagascar. Leur utilisation provoque des impacts néfastes aussi bien sur l’environnement que sur la santé humaine. Ce qui rend nécessaire l’institutionnalisation et l’opérationnalisation de l’observatoire des produits chimiques de Madagascar.

José Belalahy

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici