- Publicité -
samedi 24 septembre 2022
DomicileEconomieIndustries extractives : Le fort potentiel de Madagascar, publié à l’international

Industries extractives : Le fort potentiel de Madagascar, publié à l’international

Les manifestations de l’OMNIS pour la célébration de ses 45 années d’existence ont affiché de grands succès au niveau international.

À l’aube de la grande relance économique, de nombreux pays misent sur les ressources extractives, pour attirer les investissements directs étrangers. Au mois de juillet dernier, Madagascar a déjà fait un grand pas en avant, grâce aux manifestations organisées par OMNIS.

 

Plus de 600 médias anglophones et francophones ont parlé de Madagascar au mois de juillet 2021 ! C’est ce qu’a enregistré l’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques), suite aux événements qu’il a organisés du 8 au 10 juillet dernier, dans le cadre de la célébration de son 45e anniversaire. Des manifestations qui ont également fait du bruit au niveau national. En effet, c’était lors des fameuses journées portes ouvertes de l’OMNIS, qui se sont clôturées sur une note positive. Organisés à l’Hôtel de Ville Analakely, ces événements se sont également tenus en simultané en ligne, sur la plateforme dédiée www.omnis45.mg et diffusés en direct sur les réseaux sociaux. Selon les organisateurs, ces deux plateformes combinées, ont permis d’atteindre jusqu’à plus de 6 000 participants issus des quatre coins de Madagascar, mais également d’autres pays de divers continents, à l’exemple de la Chine, la France, l’Ethiopie, le Kenya et encore beaucoup d’autres. Outre les professionnels du secteur des ressources stratégiques, les médias internationaux se sont également intéressés à ces manifestations. Hier, l’OMNIS nous a confié plus de 600 références de publications de médias anglophones et francophones, issus de divers pays.

International. À l’heure où les pays disposant de ressources pétrolières et gazières s’apprêtent à présenter leurs potentiels aux investisseurs internationaux, Madagascar a déjà pris de l’avance. Certes, les participants venus d’ailleurs témoignent de la portée internationale des événements de l’OMNIS, permettant ainsi de faire la promotion de tout le potentiel de Madagascar, en termes de ressources pétrolières et minières, encore sous-exploitées jusqu’à aujourd’hui. Jalonnés par des conférences-débats axés sur des sujets incontournables dans le milieu, les trois jours d’événements ont permis de dresser un bilan sur la situation actuelle de l’exploitation pétrolière, de l’industrie minière et stratégique à Madagascar, et aussi de définir leurs rôles respectifs dans l’économie du pays.

Problématiques. Les questions économiques, sociales et environnementales ont été abordées durant les manifestations. En partant des résultats des échanges, OMNIS pourra donc mieux orienter ses actions, en tant que promoteur de ces ressources de la Grande île. « Ces échanges ont confirmé ce que nous savons déjà : Madagascar a une grande potentialité, tant en matière de pétrole qu’en termes de ressources minières. Mais ils nous ont également permis d’identifier les principaux freins et lacunes administratives et autres empêchant jusqu’à maintenant le développement de leur exploitation. Nous avons par exemple pu constater que les séances d’information sont insuffisantes, notamment pour les communautés impactées par les projets, mais aussi pour les partenaires techniques et financiers. A cet effet, n’ayant pas les informations nécessaires à leur disposition, ces communautés finissent toujours par s’opposer aux projets, soutenant que ce dernier est nocif pour l’environnement et leur épanouissement. Pourtant après des analyses, tout le monde reconnaît que c’est loin d’être le cas », a indiqué Nantenaina Rasolonirina, DG par intérim de l’OMNIS, lors de la restitution des trois journées de portes-ouvertes, à l’Hôtel de Ville Analakely.

Ajustements. Par ailleurs, les échanges ont mis en exergue la nécessité de la redéfinition de la politique sectorielle et de la révision des textes sectoriels, sans oublier l’assainissement du secteur. Durant les débats, les participants ont soulevé la contradiction entre le fait que l’État ait suspendu l’octroi de permis minier alors qu’il veut que la contribution du secteur minier dans le Produit Intérieur Brut (PIB) national atteigne les 7%. Toutefois, toutes les idées et avis qui ont émergé permettront de mieux définir les solutions adaptées pour une relance des activités dans un niveau de performance optimale. Pour l’OMNIS, ces portes-ouvertes ne sont que le début des actions de promotion entamées. « Nous espérons identifier pour bientôt de nouveaux projets d’envergure et pouvoir les présenter par la suite à l’État, pour qu’ils puissent contribuer au plus vite au développement du pays », soutient la DGPI de cet organisme. Elle a ajouté que Madagascar dispose aujourd’hui des conditions favorables pour attirer les investisseurs. Bien que le pays soit déjà sur la bonne voie, certains points doivent encore être améliorés. Comme son slogan « Engagé pour un avenir meilleur » l’indique, l’OMNIS compte figurer parmi les plus grands contributeurs de développement de l’économie malgache et veut faire des secteurs pétroliers, amont et minier, un levier pour l’émergence de Madagascar.

 

Antsa R.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

2 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici