- Publicité -
lundi 15 août 2022
- Publicité -
MG
DomicileCultureDivertissement : Les calepins d'amitié substitués par le 2.0

Divertissement : Les calepins d’amitié substitués par le 2.0

Une page de cahier de chants

«L’usure du temps ne serait-elle pas, comme souvent,le plus bel enterrement de leur amour, un amour qui s’efface peu à peu des mémoires sans que ni l’un ni l’autre des amoureux fous d’hier ne se rendent vraiment compte de ce qui se passe ? », une citation inspirante de Bruno Combes. En effet, chaque génération et chaque époque a su garder ses souvenirs. L’essentiel c’est de s’en souvenir !

Journal intime, cahier de chants, on les a tous jetés au feu apparemment. Aujourd’hui, la technologie a non seulement changé l’attitude des jeunes, mais elle a tourné la page des calepins qui ont marqué les années 1980-1990.

À présent, on ne les utilise plus. Les jeunes filles nubiles d’aujourd’hui écrivent sur les murs des réseaux sociaux. Tout est numérique ! Verser de l’encre pour ceux qu’on aime fait gagner du temps. Les souvenirs se numérisent. Les stylos sont en capsule, les crayons de couleurs arrondis. La gomme devient dure. Alors, les frises ne décorent plus les feuilles. Les pétales de rose se fanent. Effectivement, les albums ne décorent plus les étagères des salons comme autrefois. L’adage célèbre « les paroles s’envolent, mais les écrits restent » est dorénavant démodé. De nos jours, la photo est plus importante, parce qu’elle vaut 1 000 mots. Il suffit d’ajouter une légende pour la décrire. Les cahiers de chants sont en voie de disparition. Les posters ne s’affichent plus dans les chambres. Les inconditionnels prennent des photos avec leurs idoles. En outre, les lyrics offerts par les artistes facilitent la tâche des jeunes. Dès lors, les vendeurs de dépliants ont changé d’activité. Les nostalgiques s’en souviennent. « Je suis fan de Bodo et de Poopy, j’ai toujours les copies des paroles de leurs chansons dans mon cahier de chants. J’achetais leurs photos en noir et blanc à 2 500 fmg à l’époque », a témoigné Patricia Robisoa, une femme de 39 ans.

Désormais, on écrit sur les murs notre amour, si auparavant on l’exprimait secrètement.

Iss Heridiny

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Flash-Eco

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici