- Publicité -
mercredi, mai 18, 2022
DomicilePolitiqueSociété civile - HCDDED : Appel à l’adoption de la loi sur la...

Société civile – HCDDED : Appel à l’adoption de la loi sur la protection des lanceurs d’alerte

Les organisations de la société civile exhortent les autorités à adopter l’avant-projet de loi relatif aux droits des défenseurs des droits de l’Homme. Dans cette démarche, les organisations de la société civile bénéficient du soutien indéfectible du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit. Récemment, cet organisme a présenté à l’exécutif, via le ministre de la Justice, ce texte qui a pour vocation d’ériger des murs juridiques pour protéger les droits des défenseurs de droits de l’Homme et des lanceurs d’alerte. Vendredi dernier, ces acteurs ont relancé l’appel à l’exécutif pour avancer davantage dans l’adoption de ce texte, qui pourtant n’est pas encore présenté jusqu’à présent par le gouvernement, au parlement en vue de son adoption. Dans l’ordre du jour de l’Assemblée nationale qui vient d’être adopté, mercredi dernier, ce texte tant recommandé par la société civile n’affiche pas encore dans l’agenda des députés dans les trois prochaines semaines.

Emprisonnement. Alors que les acteurs jugent qu’il y a nécessité dans l’adoption de ce texte. « Les défenseurs des droits de l’Homme et les lanceurs d’alerte, qui jouent un rôle clé dans la lutte contre la corruption, sont exposés à des risques spécifiques, et sont souvent la cible de graves abus en raison de l’action qu’ils mènent en faveur des droits de l’Homme », a soutenu Randy Donny, rapporteur général du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’Etat de droit. Par conséquent, selon toujours ce dernier, « ils ont besoin d’une protection spécifique et renforcée surtout au niveau national contre tout acte d’intimidation, de menace, et d’attaque qui font obstacle à leur travail ». Le trafic de ressources naturelles, les mines, la saisie de terres et l’abus de pouvoir effectué par les autorités, selon Randy Donny, sont en tête de liste des sujets objets de dénonciations par les défenseurs des droits de l’Homme et les lanceurs d’alerte. Et « à Madagascar, élever la voix contre les actes frauduleux des entreprises ou contre la corruption peut s’avérer dangereux » soutient-il. En tout cas, ce dernier affirme que « de nombreux cas d’emprisonnement de défenseurs de droits de l’Homme et/ou de lanceurs d’alertes sont enregistrés depuis 2016 ».

Recueillis par Rija R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici