- Publicité -
vendredi, mai 27, 2022
DomicilePolitiqueFilière vanille : Mise en place d'une brigade spéciale

Filière vanille : Mise en place d’une brigade spéciale

Le renforcement de la lutte contre l’insécurité engendrée par les vols de vanille figure parmi les résolutions prises durant la rencontre du président Andry Rajoelina avec les acteurs de la filière vanille qui s’est tenue samedi dernier à l’Espace Océan Mômô d’Antalaha. En effet, face aux requêtes des cultivateurs de vanille qui se plaignent de la recrudescence des vols de la vanille verte, le Chef de l’Etat a annoncé la mise en place d’une brigade spéciale qui s’occupera spécialement de ce domaine. Cette brigade sera installée au niveau des districts des deux régions productrices de vanille, à savoir Analanjirofo et SAVA. Ces brigades vont être équipées entre autres, de véhicules 4×4 et des motos pour faciliter la traque des malfaiteurs. « Tolérance zéro contre ceux qui sont impliqués dans les vols de vanille », avertit le président Andry Rajoelina qui a aussi souligné que désormais, ce genre d’infraction sera qualifié de crime. D’ailleurs, il a aussi annoncé que les voleurs et les receleurs seront sanctionnés sévèrement et feront l’objet d’une poursuite judiciaire. Une déportation est même envisagée pour tous ceux qui sont impliqués dans les affaires de vols de vanille. Aussi, une proposition de loi y afférente sera-t-elle déposée au niveau du Parlement pour lutter contre le vol de vanille? Pour sa part, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général Gelle Serge a fait savoir que cette loi existe déjà. Il a notamment rappelé l’existence de la loi 88-028, en date de 1988, relative au renforcement de la répression des vols de vanille, et prévoyant une peine d’emprisonnement de 2 à 5 ans, assortie d’une interdiction de séjour pour ceux qui sont impliqués dans le vol de gousses de vanille. A entendre le SEG, cette loi n’a jamais été appliquée et bon nombre des acteurs de la filière vanille ne connaissent même pas son existence.

75 000 Ariary. En tout cas, lors de cette rencontre, le président Andry Rajoelina a démontré sa volonté d’apporter des solutions aux problèmes rencontrés par la filière vanille. Parmi les décisions prises figure aussi la fixation du prix de référence de la vanille verte à 75 000 Ariary au minimum. Ainsi, les opérateurs doivent soumettre une déclaration aux autorités avant de procéder à une vente et doivent préciser le nom de l’acheteur et le prix de vente. Les vanilles devront également être poinçonnées pour garantir leur traçabilité. Actuellement, l’Etat prévoit d’initier la digitalisation de la filière. Le Chef de l’Etat propose aussi que tous les paysans producteurs de vanille se regroupent au sein de coopératives. D’un ton ferme, le président Andry Rajoelina d’avertir que tout exportateur qui ne remplit pas les conditions et ne respecte pas les règles fixées n’aura pas d’agrément. L’idée d’une concertation systématique de tous les acteurs avant chaque campagne a également été évoquée durant cette rencontre. Plusieurs projets sont en cours de réalisation à Antalaha. Il s’agit notamment de la Maison de la vanille, d’une université manara-penitra, d’un gymnase couvert, d’un parc solaire. Le Président de la République a également annoncé que les études sont en cours pour la réhabilitation du tronçon de route reliant Antalaha et Maroantsetra. Comme ce qui s’est passé la veille à Sambava, le Chef de l’Etat a effectué aussi une démonstration de popularité lors d’un meeting organisé au stade d’Antalaha. Ce stade sera transformé dorénavant en stade manara-penitra.

Davis R

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici