- Publicité -
jeudi, mai 26, 2022
DomicilePolitiqueTéléphérique à Antananarivo : L’ONE favorable à la cause des catholiques

Téléphérique à Antananarivo : L’ONE favorable à la cause des catholiques

Les jésuites de Saint-Michel ont contesté l’installation des pylônes dans le collège à Amparibe.

Les catholiques ont mis leur veto sur l’installation des pylônes du projet Transport par câble dans leurs domaines à Andohalo et à Amparibe. L’office national de l’environnement les soutient. Mais l’Etat va-t-il reculer ?

 

L’Office national de l’Environnement, chargé de la prévention des risques environnementaux dans les investissements et de la gestion du système d’information environnementale, a mené les consultations publiques sur le projet Transport par câble à Antananarivo, depuis le 14 décembre dernier. L’organisme a mis à dispositions de certaines sources les premiers jets de son évaluation concernant le projet Téléphérique à Antananarivo, résultant de la réunion des membres du comité technique d’évaluation (CTE) au cours de la dernière semaine du janvier dernier. Le comité s’est mis au-dessus de la mêlée pour cerner ce projet très polémique et « s’est efforcé de dépassionner le débat, d’écouter et de comprendre des avis parfois inconciliables ».

 

Cathédrale Andohalo. La polémique autour du projet a été amplifiée par la prise de position de la communauté jésuite de Saint-Michel qui s’est opposée à l’installation des pylônes et le passage des câbles dans leur domaine à Amparibe. L’archevêché d’Antananarivo n’a également pas donné son feu vert à l’Etat, représenté par le secrétariat d’Etat en charge des Nouvelles Villes et de l’Habitat en tant que promoteur du projet, pour installer les pylônes sur le parvis de la cathédrale d’Andohalo. L’église catholique refuse de céder et a mis le secrétaire d’Etat en charge des Nouvelles Villes, Gérard Andriamanohisoa, dos au mur. Des négociations auraient été menées mais l’instance dirigeante catholique, notamment la conférence épiscopale de Madagascar, ne cède pas et se serait alignée à la position défendue par les jésuites et l’archevêché d’Antananarivo.

 

Risques élevés. L’intransigeance des catholiques aurait-elle fini par faire reculer l’Etat sur sa conception initiale du projet et devrait conduire, à cet effet, à l’équipe de Gérard Andriamanohisoa, de revoir sa copie sur le projet Téléphérique à Antananarivo. D’ailleurs, l’avis récent de l’Office national de l’Environnement bétonne la défense catholique. « Le Comité technique d’évaluation est défavorable aux tracés actuels, qui risque à terme de générer des impacts négatifs, et appelle le promoteur à revoir l’emplacement de certains pylônes », lit-on sur le document de l’ONE qui circule. L’installation des pylônes sur le collège Saint-Michel Amparibe présente des « risques élevés » avec code rouge, estime le comité qui a mené l’évaluation. Quant à ce qui devrait être érigé sur le parvis de la cathédrale Andohalo, il présente « un risque sur la stabilité des fondations de la cathédrale dues aux nappes phréatiques qui sont en dessous ». L’ONE « recommande le changement de cet emplacement ».

 

Effets pervers. Toutefois, l’ONE soutient que le projet téléphérique à Antananarivo « contribue largement au rapprochement des hommes dans la mesure où il est utilisé au profit de l’aménagement du territoire et du développement urbain harmonieux ainsi que pour améliorer le déplacement urbain par la réduction des temps de déplacement de la population ». L’installation du transport par câble permet aussi, toujours selon l’ONE, une « ouverture socio-économique considérable notamment dans les domaines du tourisme, du transport, du développement des marchés et des flux monétaires ainsi que des échanges ». L’ONE estime, en effet, que « l’abandon du projet risque d’entraîner un effet pervers irrémédiable comme le refus pur et simple de la technologie ».

 

Rija R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici