- Publicité -
samedi, mai 28, 2022
DomicileVisionMars… en avant !

Mars… en avant !

7 mars 2009 – 7 mars 2022. Il y a 13 ans aujourd’hui, on a assisté au début de la fronde des sous-officiers du CAPSAT qui ont décidé ce jour-là de ne plus faire partie des opérations de maintien de l’ordre de l’Etat- Major Mixte Opérationnel (EMMO)  tout en appelant les soldats à rejoindre le camp de la sédition.

Mars… en avant !

Le CAPSAT devait alors devenir  le centre de commandement des militaires qui ont basculé dans le camp d’Andry Rajoelina. Placé sous le commandement du nouvel homme fort de Soanierana, en l’occurrence, le Colonel Noël Rakotonandrasana , le CAPSAT allait abriter une mutinerie qui sonna le glas du régime. Celui de Marc Ravalomanana acculé dans ses derniers retranchements à Faravohitra et Iavoloha après l’abandon d’Ambohitsorohitra où tout a commencé un mois auparavant. La tuerie du 7 février 2009 à Ambohitsorohitra avait effectivement servi de détonateur à la mutinerie du 7 mars de la même année à Soanierana où les « mutins » du CAPSAT s’étaient mis en position de combat , en bloquant tous les accès au camp et en sortant l’artillerie lourde. Et ce, pour faire face à une attaque éventuelle de la garde présidentielle qui avait finalement décidé de battre en retraite et de déposer les armes dans une bataille perdue d’avance. La date du 7 mars 2009 était le point de départ de tout un processus qui avait duré un mois avec l’éviction du Chef d’Etat-Major Général de l’Armée (CEMGAM) le 11 mars ; la prise de Mahazoarivo le 14 ; l’assaut d’Ambohitsorohitra le 16 ; la démission de Marc Ravalomanana le 17 ; la validation par la Haute Cour Constitutionnelle de la remise des pleins pouvoirs par le Directoire militaire à Andry Rajoelina le 18. En somme, ce fut un Marc en arrière et un mars… en avant pour le TGV qui fit son entrée à Iavoloha par la voie extraconstitutionnelle, il y a 13 ans de cela. Avant de franchir  10 ans plus tard le chemin des urnes, la ligne d’arrivée de la course à la magistrature suprême avec le dossard numéro 13 et ses « 13 Velirano ». Un chiffre qui avait fait le malheur de « Dada » et le bonheur de « Zandrikely ».

R.O

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Flash-éco

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici