- Publicité -
vendredi, mai 27, 2022
DomicileEconomieRéseau MIHARI : Une nouvelle stratégie pour cinq ans

Réseau MIHARI : Une nouvelle stratégie pour cinq ans

Le réseau MIHARI est un réseau national des LMMA ou Aires Protégées gérées localement à Madagascar qui en compte actuellement 219 réparties dans 12 régions de Madagascar. Il vise notamment à soutenir les causes des communautés gestionnaires de ces LMMA. Pour ce faire, « une nouvelle stratégie pour cinq ans, étalée sur une période de 2022 – 2026, a été adoptée. Nous avons réuni les représentants du gouvernement, nos partenaires et nos membres du comité d’appui constitués par 25 ONG ainsi que les membres du conseil d’administration pour présenter officiellement les grandes lignes de cette nouvelle stratégie », a expliqué Vatosoa Rakotozafy, le PCA du réseau MIHARI lors d’une conférence de presse hier à l’hôtel Colbert.

Cinq axes stratégiques. Parlant du contenu de cette nouvelle stratégie, le Secrétaire exécutif du réseau MIHARI, Solofo Ralaimihoatra, a évoqué qu’elle comporte cinq axes stratégiques, à savoir, plaidoyer pour les droits des communautés LMMA, promouvoir la solidarité entre les gestionnaires et les partenaires ainsi que les investissements communautaires porteurs et durables. « Nous allons également œuvrer pour la conservation, la restauration et la préservation des ressources naturelles, sans oublier le renforcement de capacité des communautés LMMA », a-t-il poursuivi. La vision de ce réseau MIHARI est d’assurer la gestion durable des ressources marines et côtières pour le bien-être des communautés LMMA et leurs générations futures. Un plan quinquennal sera établi ultérieurement pour mettre en œuvre cette nouvelle stratégie.

Impacts. Force est également de remarquer que ces communautés LMMA n’ont pas été épargnées par les impacts de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 ainsi que du changement climatique avec le passage des cyclones très intenses dernièrement. A titre d’illustration, de nombreux collecteurs se sont retirés du secteur de la pêche. Ce qui entraîne une baisse de moitié des prix des ressources halieutiques, suite à une étude menée par le réseau MIHARI. La production des petits pêcheurs a également connu une baisse considérable étant donné que leur période d’intervention en mer est réduite.

Navalona R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici