- Publicité -
samedi, mai 28, 2022
DomicileCultureProtection sociale : Une allocation de 10 000 ariary pour tous les...

Protection sociale : Une allocation de 10 000 ariary pour tous les enfants sans exception

Erica Mattellone rassure que l’ajustement du montant de 10 000 ariary est déjà envisagé

Tous les enfants  de moins de 15 ans recevront une allocation monétaire de 10 000 ariary par mois dans le cadre du programme « zara mira ». Pour le moment, Mananjary est le seul district bénéficiaire, mais une extension est déjà envisagée dans les autres districts.

La protection sociale universelle et inclusive est sur de bons rails. Tous les enfants de 0 à 15 ans bénéficieront d’une somme de 10 000 ariary par mois. À noter que les  enfants resteront bénéficiaires jusqu’à l’âge de 17 ans. Cette somme sera octroyée via un transfert monétaire à travers le programme « zara mira ». Pour cette première phase, il sera tout d’abord mis en œuvre dans la commune rurale de Tataho, district de Manakara, région Fitovinany où s’est également déroulé le lancement officiel de ce programme, lundi dernier.  Les femmes enceintes seront aussi éligibles pour le programme. Un transfert mensuel supplémentaire de 30 000 ariary pour les personnes vivant avec un handicap sévère sera effectué afin de compenser les coûts directs ou indirects liés à leur handicap.

Suivi. Ce programme mis en œuvre par le Fonds d’intervention pour le développement (FID) avec le suivi et le monitorage du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF) ainsi que l’appui technique et financier du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) est planifié sur une durée de trois ans. Une extension du programme « zara mira » est déjà envisagée dans d’autres localités, mais elle se fera en fonction de la disponibilité des fonds, selon le secrétaire général du MPPSPF, Miarisoa Patricia Rakotonirina. Un guichet unique sera mis en place dans cette commune pour faciliter l’accès des bénéficiaires du programme à de meilleures prestations de services du système national en se rendant à un seul endroit. Le guichet unique consistera aussi à fournir des informations aux intéressés sur les régimes disponibles.

Soa Marie Léonie avec ses enfants en situation de handicap

Insuffisant. Les bénéficiaires de ce programme ont salué l’initiative de toutes les parties prenantes pour l’opérationnalisation du « zara mira » mais des efforts restent encore à faire pour que ce programme puisse atteindre les enfants les plus vulnérables dans les zones les plus reculées du pays. Pour la commune rurale de Tataho, 1 664 ménages sont ciblés et près de 3 129 enfants de moins de 15 ans recevront des allocations monétaires pendant 24 mois. Les deux enfants de Soa Marie Léonie qui sont tous deux en situation de handicap sévère en font partie. « Les 60 000 ariary n’arrivent pas à couvrir les dépenses pour la prise en charge de mes deux enfants vu qu’ils ont des besoins particuliers qui diffèrent de tous les autres enfants. Tout en sachant que l’école inclusive fait encore défaut dans notre localité » , témoigne-t-elle. Rasoa Razanaliny, une mère de famille qui élève toute seule ses deux enfants âgés de 5 et 12 ans a également indiqué que le montant alloué pour les allocations ne couvre pas les besoins de ses enfants . « Ils reçoivent 10 000 ariary chacun, mais ce n’est pas suffisant pour l’achat des fournitures scolaires et pour subvenir à leurs besoins. Faute de moyens, ils seront contraints d’attendre la prochaine année scolaire pour rejoindre les bancs de l’école ». Face aux inquiétudes des bénéficiaires, Erica Mattellone, chef de la section Politiques Sociales de l’UNICEF à Madagascar a tenu à les rassurer que le montant de 10 000 ariary par mois par enfant a été établi sur la base des analyses sur les dépenses des ménages. « Pour l’instant, le montant est adéquat mais nous allons certainement prendre en compte le taux d’inflation pour ajuster ce montant. Cela va se faire sur la base d’une analyse avec le ministère de la Population et le FID afin de s’assurer que le montant puisse couvrir une partie des frais pour les besoins de l’enfant », rassure-t-elle. 

Narindra Rakotobe

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Flash-éco

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici