- Publicité -
vendredi, mai 20, 2022
DomicileEconomieProjet téléphérique : Plusieurs pylônes à déplacer 

Projet téléphérique : Plusieurs pylônes à déplacer 

Lors de la remise du permis environnemental au promoteur du projet.

Après l’examen du dossier et les synthèses des avis du public concernant le projet téléphérique, pendant 311 jours, le Comité Technique d’Evaluation a donné son avis favorable. L’Office National de l’Environnement (ONE) a ainsi délivré officiellement un permis environnemental. 

« Des enjeux principaux ont été identifiés dans le cadre de ce projet de transport par câble à Antananarivo.  Il s’agit, entre autres, de la stabilité physique des terrains d’implantation des pylônes surtout au niveau de la Haute-Ville et de la prise en considération des aspects culturels et architecturaux. Raison pour laquelle, plusieurs pylônes prévus être installés initialement sur certains sites seront à déplacer étant donné que ces sites sont classés “zone rouge” aux éboulements et glissements de terrain par le BNGRC. Et par respect des aspects culturels, les tombeaux et le palais d’Andafiavaratra seront évités. L’aspect foncier a été également pris en compte. En revanche, l’emplacement des gares reste inchangé », a expliqué hier le directeur général de l’ONE, Rija Herisolo Rakotoson, lors de la remise officielle du permis environnemental au promoteur du projet téléphérique, le Secrétaire d’Etat chargé des Nouvelles villes et de l’Habitat (SENVH) auprès de la Présidence, à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina.

D’autres exigences. En outre, le promoteur du projet doit respecter d’autres exigences de l’évaluation technique. À titre d’illustration, « les pylônes ne seront pas implantés dans les 25 m des bords des falaises et des zones rouges du BNGRC, au niveau de la Cathédrale d’Andohalo.  La gare du transport par câble de Soarano ne sera pas implantée devant la gare actuelle et le tracé évitera de traverser le collège Saint Michel. Et au niveau de l’université d’Ankatso, le site de la gare sera déclassé en levant la franchise de manière à ce que les forces de l’ordre puissent la sécuriser », a-t-il ajouté.  Et le directeur général de l’ONE de préciser qu’il n’y aura pas de terrains à exproprier dans le cadre de ce projet téléphérique mais le projet touchera de nombreuses écoles. « En revanche, les risques sont désormais maîtrisés », a-t-il enchaîné. Concernant l’utilisation d’énergie pour faire fonctionner ce transport par câble, le promoteur rassure que cela ne va pas perturber l’alimentation en électricité de la Capitale.

Construction de la ligne orange. Il est à noter que deux lignes de transport par câble sont identifiées par l’Etat, à savoir la ligne verte reliant Anosy et Ankatso d’un trajet de 3km qui sera parcouru en 10 minutes et la ligne orange desservant Anosy et Ambatobe d’un trajet de 9km parcouru en 30 minutes. En tout, le projet mettra en place 12 gares et environ 78 pylônes. « Après la délivrance de ce permis environnemental, le promoteur doit soumettre un plan d’activité environnemental au plus tard dans un mois, pour validation. Ce qui lui permettra de commencer des sondages et des études plus approfondies à valider par étape par le comité technique d’évaluation.  La réalisation du projet proprement dit ne peut ainsi se faire sans avoir accompli toutes ces étapes », a fait savoir le directeur général de l’ONE. Pour sa part, le directeur de Cabinet du SENVH, Adriana Rakotomalala a déclaré que le projet tient toujours la route. «  Les travaux de construction de la  ligne orange qui va desservir Anosy, en passant par Soarano, Antanimena, Ankorondrano et Ivandry jusqu’à Ambatobe, sont prévus démarrer en juillet 2022 », a-t-elle conclu.

Navalona R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici