- Publicité -
samedi 4 février 2023
DomicileCulturePOESIE : Retour sur le 19e Printemps des Poètes Des Afriques et...

POESIE : Retour sur le 19e Printemps des Poètes Des Afriques et d’Ailleurs

Thierry Sinda et Pascale Rabesandratana-Coutoux.

La 19e édition du Printemps des Poètes des Afriques et d’Ailleurs s’est tenue à Paris les 25, 26 et 27 mars. L’ouverture a eu lieu au restaurant congolais Mienandi situé à Château-Rouge, le célèbre quartier africain de Paris. Pascale Coutoux, née Rabesandratana, la poétesse et peintre auteur de l’aquarelle  La petite vendeuse de Bananes de Tuléar, figurant sur l’affiche de la 19e édition, a été ovationnée par la quarantaine de poètes et artistes présents parmi lesquels la poétesse Francine Ranaivo (la nièce du poète de renommée internationale Flavien Ranaivo), la poétesse en herbe Jade Achard (arrière-petite-nièce de Flavien Ranaivo, la benjamine du festival ), le poète martiniquais Henri Moucle (auteur de Chant du Black Paname), la poétesse barbadienne Ivydall, le poète gabonais Cheryl Itanda, le poète français et modèle Gilles M’Arche … et l’auteur guyanais de BD engagée Kam Kama. Les déclamations de poèmes ont été animées par Moa Abaid, directeur artistique du festival. Le président-fondateur du festival, le poète et universitaire Thierry Sinda, a fait une communication sur le thème du festival : L’éphémère pauvreté, la poésie s’engage en Micro-crédit-relais. Il a affirmé : La pauvreté est une fabrication de la société consumériste, qui vous pousse à acquérir des produits futiles et aliénants. Dans le cycle long de l’humanité, par exemple à l’époque préhistorique, la pauvreté n’existait pas ! Il a ensuite présenté le Micro-crédit-relais, l’outil dont il est l’initiateur pour lutter contre l’extrême pauvreté. Le 26 mars dans la librairie avant-gardiste La lucarne des écrivains, des hommages aux femmes ont été rendus : l’un à Moune de Rivel, grande dame de la chanson créole, et l’autre à feu la poétesse bénino-brésilienne Sophie Cerceau. Un débat d’idées très vif a suivi la présentation du pamphlet La Métropole, le pays des grands et beaux bwanas du Martiniquais Julius- Amédée Laou (sur la condition des Noirs en France). La vedette du cinéma français Firmine Richard nous a fait l’honneur de sa présence. La clôture s’est faite dans l’illustre Société des poètes français au Quartier Latin, des poèmes des anciens ont été lus : Jacques Rabemananjara, Martial Sinda (le parrain du festival), Flavien Ranaivo, Dox, Aimé Césaire, Victor Hugo, Jean-Marie Giraud dit Bobèche, feu Princesse Houria… Le clou de la clôture fut la lecture par téléphone depuis le Canada de Rocky A. Harry Rabaraona, ancien chanteur du groupe yéyé Les Surfs, auteur depuis 2019 du recueil de poèmes Symphonie d’une âme (éd du Panthéon, réédition Saint-Honoré 2021).

Patrice RABE

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici