- Publicité -
lundi 27 juin 2022
DomicileÀ lireProjet PAAEP : 220 millions USD pour l'amélioration de l'accès à l'eau...

Projet PAAEP : 220 millions USD pour l’amélioration de l’accès à l’eau potable à Tana et dans 5 autres grandes villes

Le conseil des ministres d’hier a approuvé la mise en œuvre du Projet d’Amélioration de l’Accès à l’Eau Potable à Madagascar (PAAEP).

Ce projet financé par la Banque mondiale vise à augmenter d’une manière considérable le nombre d’habitants pouvant avoir accès à l’eau potable à Antananarivo, mais aussi dans 5 autres grandes villes, à savoir Antsiranana, Mahajanga, Fianarantsoa, Manakara et Antsirabe. L’année dernière, les habitants de ces localités ont haussé le ton contre les problèmes d’approvisionnement dus à la vétusté des matériels de la JIRAMA. Ce projet approuvé lors du conseil des ministres d’hier contribuera fortement à résoudre ce problème. En effet, d’après les informations, la Banque mondiale va allouer 220 millions de dollars pour financer ce projet. 1 800 000 personnes sont prévues en bénéficier dont 1 200 000 bénéficiaires à Antananarivo et 600 000 dans les autres localités. Au niveau du ministère de la Justice, le conseil des ministres a décidé l’approbation des Nouveaux Projets Émergents (NPE) pour une enveloppe de 10 milliards d’ariary déjà inscrite dans la Loi de Finances Initiale 2022. Il s’agit de l’acquisition de différents matériels et infrastructures nécessaires pour obtenir de meilleurs résultats et pour améliorer la qualité de service au niveau de la Justice malgache. 

Grandes lignes. Les projets consistent entre autres, à l’amélioration des conditions de détention et du système carcérale, mais aussi à l’achat d’équipements et l’électrification de plusieurs tribunaux de première instance à Sainte Marie, Sambava, Besalampy, Fénérive Est, Bealanana, Befandriana Avaratra, Analalava, ainsi que l’acquisition de matériels agricoles et la construction de bâtiments pour le camp pénal de Moramanga. Cette somme financera aussi la réhabilitation d’un bâtiment pour abriter le Pôle Anti-Corruption de Fianarantsoa. Le Conseil a aussi évoqué longuement le déplacement d’une délégation malgache dirigée par le président Andry Rajoelina à Washington, la semaine prochaine. À noter qu’une équipe du gouvernement conduite par la ministre de l’Economie et des Finances assistera aussi aux Réunions de printemps du Fonds Monétaire International et la Banque mondiale. Ce sera l’occasion pour la délégation malgache de présenter les grandes lignes du Plan National de Redressement et la réalisation du Plan Émergence de Madagascar. Durant ce Conseil, le président Andry Rajoelina a souligné l’importance de cette rencontre de haut niveau durant laquelle Madagascar entend plaider pour le lancement du Fonds Vert pour le climat d’un montant de 100 millions de dollars au profit de la Grande île pour faire face aux impacts du changement climatique. Nous faisons partie des premiers pays victimes du changement climatique, notamment la sécheresse entraînant la famine dans le Sud de la Grande île. Le changement climatique a également augmenté la fréquence des cyclones dans le pays, a martelé le président Andry Rajoelina. Ce déplacement à Washington permettra aussi à la délégation malgache de solliciter le soutien du FMI et de la Banque mondiale pour apporter leur contribution à la mise en œuvre du Plan national de redressement post-cyclonique. Toujours dans le domaine de l’économie, l’exécutif a aussi évoqué les résultats de la notation inaugurale de crédit attribuée à Madagascar, le 12 avril 2022. L’agence de notation Standard & Poor’s (S&P) a attribué une notation inaugurale de B-/B avec une perspective positive à la République de Madagascar. 

Économie émergente. L’obtention de cette notation de crédit inaugurale est une grande première dans l’histoire de la République de Madagascar. C’est une étape décisive pour le pays en termes de développement de ses relations avec les bailleurs et investisseurs économiques et financiers à travers le monde. Elle contribuera, entre autres, au succès de notre stratégie de mobilisation des ressources à l’international, dans le contexte du déploiement du Plan Emergence Madagascar, qui prévoit de hisser le pays au rang d’économie émergente d’ici 2040. La notation de B-/B obtenue par Madagascar, avec une perspective positive, positionne le pays au-dessus de onze pays d’Afrique subsaharienne et est en ligne avec la notation médiane de la région. Selon le S&P Global Ratings, cette notation reflète notamment les solides perspectives de Madagascar en termes de développement économique et social, soutenues par les importantes réformes structurelles mises en œuvre au cours des dernières années, notamment pour améliorer l’environnement des affaires, lutter contre la corruption et assainir les finances publiques. Cette notation reflète également le niveau modéré et la structure très favorable de la dette publique de Madagascar, ainsi que les relations de confiance et de proximité que le pays entretient avec ses partenaires multilatéraux et bilatéraux, comme en témoigne notamment le programme de Facilité Elargie de Crédit (FEC) récemment approuvé par le FMI. La perspective positive associée à cette notation inaugurale constitue par ailleurs un signal fort et encourageant, ouvrant la voie à un rehaussement de la notation à court terme. 

Davis R

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici