- Publicité -
jeudi, mai 26, 2022
DomicileEditoChronique de Mickey

Chronique de Mickey

Macron parachève le clivage gauche-droite

Emmanuel Macron est réélu président de la République française avec 58,5% des voix exprimées contre 41,5 % pour Marine Le Pen. Soulagement pour le 8e personnage à la tête de la Ve République de la France, mais au-delà de l’émotion du vainqueur de cette élection et du soulagement de ceux qui sont en phase avec lui et de la déception de son adversaire, il y a lieu de faire une analyse politique française pour, peut-être, mieux comprendre ce qui va se passer par la suite.

D’abord, nombre d’analystes sont unanimes à dire que cette Ve République est en fin de cycle. La constitution initiée par le général De Gaulle régulant une dichotomie entre une droite (UDR, RPR, RI) et une gauche (SFIO, PSF, PCF) semble être caduque, Macron peut être inspiré par un certain Michel Rocard avec sa théorie du Big Bang a fait éclater ce clivage Gauche-Droite. Son premier mandat, en effet, s’est distingué par rapport aux précédents par un gouvernement singulier et par-delà d’une vision autre, dans la mesure où il n’était ni de gauche ni de droite, on ne peut même pas le classifier ni de centre gauche ni de centre droite, tant et si bien que le paysage politique a fait taire les velléités de la droite et de la gauche classiques. Et cette élection a bien montré que ses deux ailes ont été laminées. Mais, Macron a fait ressurgir des courants qu’on aurait qualifiés, il n’y a pas si longtemps de hors système, d’une part une image d’extrême gauche « soft» qui ne dit pas son nom mais amalgame des idées conservatrices et des idées révolutionnaires et d’autre part, une extrême droite mixant un nationalisme dur et un populisme contestataire. En tout cas, l’échiquier politique actuel déroute l’analyse politique traditionnelle.

Puis, les législatives du 12 juin et 19 juin prochaines sont parties pour ne pas clarifier les donnes en raison de cette implosion puisque les vaincus de la présidentielle veulent rameuter des « voix diverses » n’ayant comme dénominateur commun que le rappel des déçus de Macron. Et l’on verra sûrement des improvisations d’idées seulement avec l’objectif la pêche de ces voix.

Que va-t’il se passer ? Dans l’objectif d’avoir un gros bloc autour de lui pour assurer une stabilité en instillant une dose conséquente de proportionnelle et s’il ne réussit pas, on retombera dans les travers de la IVe République, le régime des partis.

M.Ranarivao

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

  1. […] L’ouverture politique est omniprésente. “Macron a su ressusciter l’actualité qu’on avait nuancée, il n’y a pas eu dans la durée, hors système, d’un côté, une image d’extrême gauche “soft” qui n’a pas dit son nom, mais amalgamée avec Des idées conservatrices et des idées révolutionnaires et, d’autre part, un mélange d’extrême droite de nationalisme dur et de populisme controversé », a commenté M. Ranarivao, dans Midi Madagascar. […]

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici