- Publicité -
vendredi, mai 27, 2022
DomicileÀ lireRencontre Andry Rajoelina - Secteur privé : Marchandage sur le taux d'augmentation de...

Rencontre Andry Rajoelina – Secteur privé : Marchandage sur le taux d’augmentation de salaire

Houleux. Ce n’était pas facile pour le président Andry Rajoelina de convaincre les opérateurs du secteur privé en ce qui concerne le taux d’augmentation de salaire. Comme prévu, le Chef de l’Etat a reçu au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra hier les différents groupes et groupements d’investisseurs privés. La rencontre a duré environ  4 heures. Certains participants évoquent la  » complexité de l’équation « . D’après les informations, les opérateurs économiques privés étaient intransigeants en exigeant l’application à la lettre du taux 9,9% décidé durant la rencontre du 28 mars dernier entre le patronat et les représentants des différentes organisations syndicales. Un taux trop bas qui n’est pas satisfaisant, aux yeux du président Andry Rajoelina qui trouve qu’une augmentation de salaire de 9,9% n’aura pas beaucoup de répercussion sur le quotidien de la population vu la hausse actuelle du coût de la vie. D’après les informations, Andry Rajoelina opterait plutôt pour une augmentation du salaire de base (SMIG) pour que l’initiative ait plus d’impact sur le social de tous les employés, surtout ceux qui perçoivent un salaire égal au SMIG. En quelque sorte, face au patronat, le Chef de l’Etat a pris la position de défendre les intérêts des employés du secteur privé. Jusqu’à l’instant où nous mettons cet article sous presse, aucune décision prise durant cette rencontre n’a été officialisée. Toutefois, d’après les rumeurs, une augmentation du salaire minimum à 250 000 Ariary aurait été décidée à l’issue de la journée d’hier. Mais cette décision aurait été accompagnée d’autres mesures d’accompagnement. De sources bien informées, la réunion s’est poursuivie par une séance de travail entre toutes les entités concernées, entre autres les techniciens du Ministère de l’Economie et des Finances et la CNAPS. En tout cas, nos sources ont laissé entendre que l’annonce de la décision finale relative au taux d’augmentation de salaire sera faite par le président Andry Rajoelina, le jour de la célébration du 1er mai, marquant la journée internationale du travail. Reste à savoir si d’ici-là, les différents acteurs trouveront un accord sur les différents points de convergence. Pour ce qui est des fonctionnaires, le taux d’augmentation serait déjà décidé. Ce serait supérieur à 9,9%, si l’on s’en tient aux indiscrétions.

Quoiqu’il en soit, durant cette rencontre, le président Andry Rajoelina a souligné l’importance du secteur privé dans le développement d’un pays. « C’est pourquoi j’ai décidé de vous rencontrer ce jour pour réfléchir sur la relance économique et du redressement des entreprises après la COVID-19 et les différentes crises qui ont frappé le monde entier », a-t-il expliqué. Et de souligner dans la foulée l’importance du dialogue pour préserver la paix sociale. Après la prise de décision, un décret fixant le taux d’augmentation de salaire sera pris pour contraindre toutes les entreprises privées à respecter la hausse de salaire. A la veille de la célébration de la journée internationale du travail, tous les acteurs se mobilisent pour améliorer les conditions des employés pour qu’ils puissent faire face à l’inflation grandissante actuelle.

Davis R

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

3 COMMENTAIRES

  1. Il se fout de la gueule du secteur privé . Ayant la hantise de le faire dans son froc en regard des émeutes à l’Ile Maurice , il veut à tout prix sauver son régime de l’explosion sociale . Il doit mettre dans la tête que ce n’est pas au président de la république de  » faire  » les salaires dans le privé . Surtout un pouvoir qui n’a rien fait pour soutenir les entreprises par un plan de relance financier comme dans d’autres pays Africains durant la crise sanitaire au contraire il a persisté dans le clientélisme électoral avec ses stades et autres écoles  » manarapenitra  » .loin de la priorisation .Il va se verser encore dans le populisme et la démagogie pour amadouer le peuple . Le secteur privé a intérêt à ne pas se laisser faire .

  2. Comme d’habitude , le président a tout faux
    Ce mélange des genres public-privé , libéral – dirigé…traduit s’il en est besoin l’amateurisme (ignorance et démagogie) , le populisme pré-électoral , et plus grave l’absence de tout sentiment patriotique .
    En témoigne la prédation organisée via la corruption institutionnalisée . C’en est à pleurer .

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici