- Publicité -
mardi 28 juin 2022
DomicileSociétéSalaire des PAT : L’Université d’Antananarivo met les points sur les «i»

Salaire des PAT : L’Université d’Antananarivo met les points sur les «i»

Université morte à Ankatso.

Le retard de paiement des salaires des membres du Syndicat du Personnel Administratif et Technique des Universités et Section d’Antananarivo (SPATUT) a fait couler beaucoup d’encre, ces dernières semaines. Voulant se dédouaner, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique se dédouane et pointe du doigt l’Université d’Antananarivo. Le retour de l’établissement d’enseignement supérieur ne s’est pas fait attendre. 

Une réponse du berger à la bergère. C’est ce qui traduit le mieux les explications données par Benja Daniel Andriantsizehena, directeur administratif et financier auprès de l’Université d’Antananarivo à la presse concernant les procédures de paiement des salaires du personnel administratif et technique de son établissement, hier. «On se demande tous qui sont les responsables du retard de paiement des salaires du PAT. Selon les informations qui nous sont parvenues, ceux du mois d’avril n’étaient disponibles qu’à partir d’hier (lundi) seulement alors que nous sommes déjà au 18 du mois de mai. D’autant que l’Université d’Antananarivo, à travers un bordereau d’envoi adressé au directeur des affaires administratives et financières du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, aurait déjà envoyé l’état des salaires le 8 avril dernier», déplore notre interlocuteur. Selon les explications de ce responsable, les modalités de traitement des dossiers relatifs aux salaires des membres du SPATUT suivent différentes étapes. La première concerne l’inscription, par l’Université d’Antananarivo, des informations relatives à chaque agent dans le système informatique du ministère de l’Economie et des Finances (MEF). Une fois cela fait, ce département ministériel envoie à l’Université d’Antananarivo un état des décomptes. «Cette envoi se fait avant le 10 de chaque mois. Pour celui du mois de mars par exemple, nous l’avons reçu peu après l’inscription des informations au système d’information. Nous avons ensuite procédé aux vérifications après quoi l’Université d’Antananarivo a envoyé l’état des salaires auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (Mesupres)», continue Daniel Andriantsizehena. Avant de rappeler que «cet état a été envoyé le 8 avril 2022. Ce, dans l’objectif de procéder au paiement de ces dus vers le 20 du même mois, comme cela se fait avec les autres agents de l’administration publique malgache». Ce qui attesterait la prise de responsabilité de l’établissement d’enseignement supérieur public dans la régularisation des salaires de ses agents. La suite de la procédure implique les responsabilités du Mesupres jusqu’au transfert des soldes auprès de l’Agence comptable de l’université. «Une fois le transfert effectué, l’université peut procéder au mandatement. Ce que nous pouvons faire en moins de 24 heures», renchérit avec assurance Benja Daniel Andriantsizehena. 

Lois. L’entretien avec le directeur administratif et financier de l’Université d’Antananarivo a également permis de savoir que l’établissement d’enseignement supérieur public comptabilise environ 1 224 membres du personnel administratif et technique. «Le traitement des salaires de ces agents se fait en conformité avec les lois en vigueur à Madagascar», précise Benja Daniel Andriantsizehena. Avant d’interpeller que «s’il y a des modifications en matière de procédure budgétaire, le ministère de l’Economie et des Finances les applique via une circulaire budgétaire qu’il publie chaque année. Ce n’est pas un message envoyé via Whatsapp, ou un sms et encore moins une simple lettre envoyée par le directeur administratif et financier du Mesupres qui va changer les procédures en vigueur». Profitant de l’occasion, l’Université d’Antananarivo a toutefois rappelé que l’établissement collabore avec les ministères concernés et qu’il entend poursuivre cette collaboration. À en croire ce responsable, le problème ne réside pas au niveau de son établissement contrairement à ce qu’à voulu faire croire le Mesupres dans une publication faite en date du 16 mai 2022 sur sa page Facebook officielle. Dans sa démarche, l’on serait tenté de dire que le Mesupres est fidèle à cette attitude dirigeante qui consiste à rejeter la faute de son incapacité à résoudre les problèmes à autrui. 

José Belalahy

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici