- Publicité -
samedi 25 juin 2022
DomicilePolitiqueLégislatives françaises : L’éducation au cœur du projet d’Ali Camille Hojeij

Législatives françaises : L’éducation au cœur du projet d’Ali Camille Hojeij

Ali Hojeij reçu par le père Pedro dimanche dernier.

Ali Hojeij sera dans les Emirats Arabes Unis dès aujourd’hui dans le cadre de sa campagne électorale pour les législatives françaises après avoir séjourné depuis samedi dans la Grande île. Durant ces quatre derniers jours, l’agenda de ce candidat sous l’étiquette indépendante était chargé par ses rencontres avec les Français du pays, issus des différents horizons « mais qui sont tous des Français à part entière », insiste-t-il. Parce qu’« il n’y a ni de français d’origine indo-pakistanaise, ni de français d’origine malgache, ni de français de souche, mais il n´existe que des français. C’est ça la République » affirme-t-il. À ces français qui ne seront plus « considérés comme des compatriotes à part », Ali Hojeij porte deux propositions phares. 

Attribution de bourses. Les questions liées à l’enseignement et l’attribution des bourses en faveur des classes moyennes françaises de l’étranger figurent dans le projet de ce candidat député. Il propose la suppression « pure et simple » du critère du patrimoine mobilier comme immobilier dans l’attribution des bourses. Et concernant le quotient maximum d’accès aux bourses, au-dessus duquel les familles ne peuvent prétendre à aucune aide, Ali Camille Hojeij propose de le passer de 23 000 euros à 30 000 euros par part. Il compte également ériger en Métropole un « institut qui va dispenser des formations initiales et continues pour tous les enseignants dans les écoles françaises à l’étranger », afin de pouvoir pallier la baisse du niveau dans ces établissements scolaires français à l’étranger. 

Restrictions budgétaires. Cette baisse est le résultat, non seulement du manque d’attractivité des postes d’enseignants dans ses lycées, mais également, selon Ali Hojeij, « des restrictions budgétaires imposées par Bercy et qui ont obligé les établissements scolaires à se tourner vers des enseignants recrutés au niveau local ». Pourtant « il y a une différence de niveau qui n’est pas comparable entre les enseignants qui sont recrutés localement et ceux qui sont détachés de la Métropole » constate le candidat, qui, notons-le, a fait la majeure partie de son parcours scolaire dans les lycées français à l’étranger. En effet, la « dégradation de l’enseignement » est au rendez-vous, regrette-t-il, pour « faire plaindre beaucoup de parents d’élèves qui sont tentés, jusqu’à envisager, de les inscrire ailleurs », déplore le candidat. 

Magistrat de liaison. La sécurité et la justice sont également des priorités pour le candidat. Dans ce sens, le candidat indépendant compte mettre en avant l’entraide judiciaire entre les deux pays sans pour autant empiéter dans les compétences souveraines de l’État malgache. Cet avocat de carrière propose, en effet, qu’un « magistrat français de liaison soit nommé et puisse collaborer sur tous les types de procédures, pénales ou civiles, avec les autorités locales et françaises ». « Aux termes d’accords bilatéraux, il serait installé à Madagascar sous l’autorité de l’ambassadeur de France, et couvrirait également l’Île Maurice, les Comores et les Seychelles, en lien avec les autorités judiciaires de ces pays et nos ambassades » précise Ali Camille Hojeij. 

Rija R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici