- Publicité -
dimanche 26 juin 2022
DomicileSociétéAutosuffisance alimentaire : La Diana : une agriculture archaïque et rudimentaire

Autosuffisance alimentaire : La Diana : une agriculture archaïque et rudimentaire

La concertation régionale pour atteindre l’autosuffisance alimentaire s’est déroulée à la salle de réunion du centre Botovasoa Antsiranana, hier 27 mai 2022 à 9h30.

L’événement a vu la présence des intendants notamment, le gouverneur de la région Diana, l’adjoint au maire de la ville d’Antsiranana, le directeur régional de l’Agriculture et l’Élevage, le directeur régional de la Pêche et l’Économie bleue. Lors de son discours, le gouverneur de la région Diana, Daodo Marisiky Arouna a souligné que le secteur primaire est le fer de lance de l’économie malgache. Cependant, Madagascar a rencontré des difficultés ces trois dernières années. La pandémie a complètement chamboulé l’ordre économique mondial, puis s’est ajoutée la guerre en Ukraine, la cause d’une crise alimentaire mondiale. Pays pauvre, Madagascar n’est pas épargné par ces crises. Exsangue, le pays ne peut assurer son autosuffisance alimentaire.

Concernant la Diana, une région riche de potentiels, son exploitation n’est pas effectuée d’une manière optimale. Le riz, les tubercules sont cultivés un peu partout dans cette contrée, mais la population entend toujours le grognement de son ventre. Les paysans sans terre remplissent les campagnes, les zones rurales sont enclavées, des problèmes qui perdurent pendant que les villes assistent à une démographie galopante.

Le gouvernement actuel a une ambition, c’est de faire de Madagascar le grenier de l’Océan Indien. On rehausse la barre un peu trop haut, car comment sauter avec un ventre vide ? Sous un autre angle, l’agriculture malgache est toujours pratiquée dans sa grande partie avec des moyens inappropriés et archaïques. En dépit de l’utilisation de surfaces de cultures de plus en plus vastes,  le pays n’arrive toujours pas à s’auto-suffire alimentairement. Le coût du matériel mécanique moderne et le manque de formations adéquates des acteurs des secteurs agricoles constituent un véritable problème pour la modernisation et l’autosuffisance alimentaire du pays. Les centres de recherches agricoles sont quasi-inexistants. Chaque année, des ateliers et des concertations sont organisés, mais jusqu’ici, les beaux discours ne remplissent pas l’assiette du peuple.

Iss Heridiny

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici