- Publicité -
vendredi 12 août 2022
DomicileCultureTuléar - Coutumes et culture : Fima a attiré tous les Tuléarois

Tuléar – Coutumes et culture : Fima a attiré tous les Tuléarois

Durant le spectacle FIMA du samedi 28 mai.

Pour une première édition, le spectacle de l’Association de la Communauté Masikoro (FIMA) du samedi 28 mai, est une vraie réussite. L’Espace Jardin de la Mer était,  noir de monde, bigarré avec toutes les couleurs des vêtements et costumes.

Un ancien Premier ministre, un ancien chef de région, un ministre, ainsi qu’un gouverneur encore en service, deux députés, une cheffe de district, toutes ces personnalités sont assises au premier rang, devant des directeurs régionaux et autres chefs de services. Et tout autour, sur 400 m2, des membres et sympathisants de la communauté Masikoro. Neuf communautés, vivant ensemble dans la province de Tuléar, sont présentes, répondant à l’invitation du président Georges Remonja. Objectif : s’unir et s’aimer « l’union fait la force ». L’association FIMA (Fikambanan’ny Masikoro Arivolahy) existe depuis 1977. Les membres luttent contre la pauvreté et cherchent par tous les moyens à se distinguer des autres, le plus possible. Les communautés du Sud n’ont qu’une seule alternative : s’unir et collaborer, au lieu de se quereller, ou voler les zébus du voisin, pour une région commune, en paix, forte et en  voie de développement, répondant au slogan : « hatea valia hatea » qui se traduit : « répondre à l’amour par l’amour ». En outre, le président de Fima a lancé une alerte : les zébus, source des valeurs de leurs coutumes, se font de plus en plus rares et risquent de disparaître. Les responsables étatiques doivent prendre des mesures adéquates pour parer au danger qui se profile.

Puis une dizaine de troupes ont présenté des chants et danses “masikoro”. Il est de coutume, devant tant de danseurs et danseuses, de se montrer généreux. Aussi, toutes les personnalités du premier rang ont dû mettre la main à la poche et arborer des billets de couleur bleue, qu’ils déposèrent allégrement dans le chapeau que les danseurs tendaient vers eux. Des danseurs portaient des sagaies, d’autres des fusils de chasse. Tout s’est passé dans la gaieté et sans incident. Les spectateurs étaient satisfaits d’avoir assisté à un spectacle coutumier et original, sans précédent.

Charles RAZA

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici