- Publicité -
MG
vendredi 19 août 2022
- Publicité -
DomicileSociétéCalendrier scolaire : Retour à l’ancien système 

Calendrier scolaire : Retour à l’ancien système 

Le CEPE ne sera pas supprimé l’année prochaine.
(photo archive)

La rentrée scolaire 2022-2023 est prévue le 5 septembre et s’achèvera le 23 juin. Le CEPE ne sera pas encore supprimé et l’éducation fondamentale de neuf ans ne sera pas encore appliquée.

L’ancien calendrier scolaire est de nouveau adopté. Le calendrier scolaire du ministère de l’Education nationale pour l’année scolaire 2022-2023 a été approuvé au conseil des ministres. L’année scolaire débutera ainsi le 5 septembre 2022 et se terminera le 23 juin 2023 pour un total de 36 semaines d’apprentissage et s’étalera sur cinq périodes. En outre, les examens de Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE) se tiendront le mardi 20 juin 2023 d’une part et d’autre part, les examens du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) se dérouleront les 3, 4, 5 et 6 juillet 2023. Ainsi, le CEPE sera maintenu et le cycle de neuf ans ne sera pas encore effectif pour l’année prochaine, bien que la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’éducation (PSE) devrait prendre fin l’année prochaine, sauf changement. Contrairement aux deux précédentes années, les élèves auront deux mois de grandes vacances avant la rentrée. 

Ce retour à l’ancien système ravit plus d’un. C’est le cas pour la plateforme de la direction nationale de l’enseignement privé qui a maintes fois revendiqué le retour à l’ancien calendrier scolaire. Selon Celin Rakotomalala, porte-parole de cette plateforme, ce calendrier de 36 semaines leur convient. « Nous sommes contraints d’achever les 900 heures de cours au minimum durant une année scolaire,  que cela soit en bimestre ou en trimestre. Ceux qui vont poursuivre leurs études à l’étranger après le baccalauréat ne rencontreront pas de difficultés sur le décalage temporel. Ce calendrier de plus de 900 heures répond à nos attentes car il faudrait aussi se préparer à toutes les éventualités comme la pandémie », a-t-il soutenu. Cette plateforme maintient sa décision sur l’adoption du bilinguisme à l’école primaire tandis que le PSE promeut l’utilisation du malagasy comme langue d’apprentissage durant les trois premières années du 1er sous-cycle. Cette plateforme sollicite également le MEN à revenir à la table de discussion avant la prise de décision concernant la réforme de l’éducation. 

Narindra Rakotobe

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici