- Publicité -
MG
jeudi 18 août 2022
- Publicité -
DomicileCultureFestivités de l’Indépendance : Antananarivo entre retenue et liesse

Festivités de l’Indépendance : Antananarivo entre retenue et liesse

La capitale a été gâtée par cette année pour les festivités de l’Indépendance, à part les quarante-cinq minutes de feux d’artifice, de nombreux concerts ont eu lieu. Cependant, la mayonnaise n’a pas pris.

Les tananariviens ont fait la fête, surtout le 25 juin, pour la célébration de l’Indépendance du pays. Il faut cependant l’admettre, les portes-monnaies n’ont pas suivi. Les événements comme « 25 light live parking » au CCI Ivato, avec une affiche à faire rêver, ont failli mordre la poussière. Tout comme la soirée au Casc Pk 0 à Soarano, avec la présence de grandes stars comme Nael, Wada et Yoongs, Malm … « Les périodes de vacances approchent, alors, nous économisons pour pouvoir partir à Majunga ou ailleurs », fait savoir un père de famille questionné sur ses dépenses par rapport au « 26 juin ». 

Rares sont ceux qui ont réussi leur coup. Samoela est l´un d´entre eux, le bonhomme a chanté au Ankouna Alasora durant la soirée de samedi. Sans oublier la belle Stéphanie au Bônara Be, elle a fait salle comble. Tandis qu’Oladad a assuré l’essentiel à l’hôtel Les Cygnes à Ivato. Quelque part, les tananariviens ont aussi essayé de fuir la saturation du centre-ville. Le traditionnel Koz’ 25 à Ampefiloha a quelque peu perdu de sa saveur, malgré des scènes éparpillées dans la parcelle Jamerla. Quelque peu carré, l’esprit festif et libéré un brin écharpé.  

Tandis que les feux d’artifice d’Anosy à 19 h ont rassemblé beaucoup de monde. Bon gré mal gré, le podium sur place n’a pas acquis l’engouement des autres années. Une partie du public a préféré quitter les lieux une dizaine de minutes après le spectacle pyrotechnique. « Nous n’allons pas rester jusqu’à 23 h ou minuit. Nous sommes venus ici rien que pour les feux d’artifice », avance Faratiana Anjarasoa, une mère de famille d’Andavamamba. Signe peut-être que l’esprit n’est pas trop à la fête chez les tananariviens. 

Analakely a été comme toujours investi de monde. Des gens qui vont ici et là, comme seulement pour y être vu. Ambiance des grands jours. Le 26 juin tombant un dimanche, la nuit a été plutôt calme dans la capitale. Dans l’ensemble, rien qu’à voir les lieux de beuveries dans les quartiers d’Antananarivo, la population a vraiment voulu se détacher un peu de son quotidien. De plus en plus dur. Cependant, elle s’est retenue.    

Le 26 juin, la grande parade militaire a réussi à remplir le stade Baréa. Il a devancé le grand concert, comme il se fait de tradition depuis plusieurs républiques, avec des chanteurs comme Odyai, Raboussa et d’autres encore.   

Maminirina Rado

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici