- Publicité -
MG
mardi 16 août 2022
- Publicité -
DomicileEconomiePrésidentielle 2023 : Vers une opposition tricéphale

Présidentielle 2023 : Vers une opposition tricéphale

Hery Rajaonarimampianina prêt à retourner sur le terrain politique et apporter sa vision pour redresser le pays.

À presque une année de la prochaine échéance électorale, le rêve des partis de l’opposition d’avoir un candidat unique s’éloigne de plus en plus.

Après une longue cure de silence, l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, non moins le numéro Un du parti Hery Vaovao Ho an’i Madagasikara (HVM) est sorti de sa tanière ce dimanche à l’occasion de la célébration du 62e anniversaire de l’Indépendance qui s’est déroulée à Paris. Si dans la matinée, on l’a vu assister au culte organisé par l’église FJKM Montrouge Paris, l’après-midi, il a été l’une des vedettes d’une cérémonie organisée par le RMDM Diaspora France dans la banlieue parisienne. C’était l’occasion pour lui de faire son come-back politique en lançant des propos qui annoncent ses ambitions, à court et à long terme. « Je suis prêt à apporter mes idées afin de redresser le pays », a-t-il indiqué. 

En l’absence de Hery Rajaonarimampianina, c’était Rivo Rakotovao, coordonnateur national du parti, qui a tenu la maison HVM, contre vents et marées. Ce dimanche, Hery Rajaonarimampianina a remis son costume d’homme politique et semble vouloir se lancer dans une troisième course à Iavoloha. Et d’indiquer sa volonté de vouloir être le porte-parole des opprimés et de se tourner vers la majorité. Un discours un peu laconique, mais qui garde toutes ses dimensions, politiques surtout. Notons que lors de la présidentielle de 2018, Rajaonarimampianina n’a récolté que 8% de suffrage, c’est-à-dire quelques 439 070 voix exprimées seulement. Une grande première pour un président sortant dans l’histoire électorale du pays.

Leadership. L’opposition est toujours à la recherche de son unité. Si Ravalomanana était le seul dénominateur commun entre les différents partis politiques fédérés au sein du RMDM, le come-back politique de Hery Rajaonarimampianina vient de jouer le trouble fête, d’autant que le HVM est l’un des poids lourds de ce rassemblement. Désormais, la question de leadership devrait être l’un des principaux soucis de cette frange de l’opposition. Notons qu’il n’y a pas très longtemps, Fidèle Razara Pierre, député Tiako i Madagasikara, avait indiqué qu’à eux seuls, ils ne pourraient jamais vaincre le camp Rajoelina. Il devrait ainsi cohabiter avec les autres forces et vivre avec les arrière-pensées politiques et les caprices de certains leaders.

Samy mandeha, samy mitady. Le pire scénario pour les partis de l’opposition est de jouer individuel, du « chacun pour soi ». En effet, l’opposition a toujours martelé le besoin de rassembler tous ceux qui sont las du régime actuel. Le slogan était « tout sauf Rajoelina », ce qui exige une solidarité qui dépasse toute querelle idéologique ou de leadership. Mais, avec ce qui s’est passé ces derniers mois, tout laisse entendre que les leaders de l’opposition aborderont la prochaine échéance électorale en faisant cavaliers seuls. Avec un Hajo Andrianainarivelo poussé vers la sortie et qui va capitaliser au maximum tous les mauvais traitements du régime allant à son encontre, un Ravalomanana qui n’attend que sa revanche et un Hery Rajaonarimampianina qui a encore de l’espoir, le « samy mandeha, samy mitady » serait probablement le slogan de cette opposition qui n’arrive plus à se trouver. Une opposition tricéphale se met petit à petit en place.

Julien R

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici