- Publicité -
dimanche 7 août 2022
DomicileSociétéEnseignement supérieur : La recherche appliquée en agriculture renforcée

Enseignement supérieur : La recherche appliquée en agriculture renforcée

Ce partenariat entre le Mesupres et le CGIAR contribue à l’amélioration de la recherche appliquée en agriculture.

Le ministère de l’Enseignement supérieur renforce son partenariat avec le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale. Plusieurs projets seront ainsi mis en œuvre dans le cadre de la concrétisation de ce partenariat.

Innovation et développement dans les systèmes agricoles. Il se traduit par le renforcement de la  collaboration entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES) et leGroupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR). C’est dans ce sens qu’une rencontre a eu lieu au siège du ministère à Fiadanana avec la délégation conduite par le directeur régional Afrique de l’Est et du Sud du CGIAR, le Dr Harold Roy-Macauley ; le représentant résident expert en chaîne de valeur rizicole et point focal genre, le Dr Gaudiose Mujawamariya ainsi que le coordonnateur de projet foodSTART de Madagascar, Benjamin Rakotoarisoa. Ils ont été reçus par le Secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, le Pr Julien Salava. « L’objet de cette rencontre est d’établir une collaboration entre le CGIAR et le ministère afin de renforcer la recherche scientifique appliquée dans le domaine de l’agriculture. La consolidation du partenariat entre les deux parties se manifestera à travers des stages et des formations dans les centres agronomiques du CGIAR, des projets de recherche communs mais également la mise en place d’écoles spécialisées », selon le Dr Harold Roy-Macauley.

Malnutrition. Ce groupe rassemble 15 centres de recherche dont trois sont représentés à Madagascar, notamment, Africa Rice (Centre du riz pour l’Afrique),  CIP (Centre International de la Patate douce et IITA ) et l’Institut International d’Agriculture Tropicale). L’objectif de One CGIAR étant de faire progresser la science et l’innovation en agriculture et en alimentation, il œuvre dans des aspects transversaux notamment la gestion de ressources, l’agriculture, l’élevage ou encore la pêche. L’appui des recherches liées à l’agriculture contribue également à la lutte contre la malnutrition comme la plantation de la patate douce à chair orange. Cette variété de patate douce riche en vitamine A pousse dans les zones semi-arides et apporte les aliments nutritifs nécessaires pour combattre la malnutrition. « Une consommation de 125 g de patate douce à chair orange est suffisante pour le besoin alimentaire journalier d’un enfant de moins de 5 ans. Outre sa valeur nutritive élevée, ses feuilles présentent également des vertus cosmétiques. Les phytologues du CIP, lauréats du prix mondial de l’alimentation en 2016 ont d’ailleurs effectué des recherches sur ce tubercule », selon Benjamin Rakotoarisoa du CIP.

Narindra Rakotobe

- Publicité -
Jovena
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici