- Publicité -
MG
mercredi 17 août 2022
- Publicité -
DomicileEconomieAgri-business : Vakinankaratra exporte du « black eyes » en Espagne 

Agri-business : Vakinankaratra exporte du « black eyes » en Espagne 

Le chiffre d’affaires de ce bénéficiaire du programme Fihariana s’est nettement amélioré.

Le « black eyes » ou bien « lojy » est un grain sec qui se cultive notamment dans les régions Ouest et Nord Ouest de Madagascar. 

Mais grâce au challenge et aux innovations menés par un opérateur économique œuvrant dans le domaine de l’agri-business, en l’occurrence de Andry Zakamahefa, Vakinankaratra peut désormais fournir ce produit agricole très recherché sur le marché international.  Cette région est d’ailleurs décrite comme étant le deuxième pôle industriel de la Grande île par l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM) tout en regorgeant de nombreux produits agricoles à fort potentiel et en faisant preuve d’une performance entrepreneuriale remarquable. Andry Razakamahefa, âgé de 38 ans, fait partie des agripreneurs bénéficiaires du programme Fihariana. Il met en œuvre ses compétences pour le développement de l’agribusiness en créant en 2018 la société AIKKO IMPEX Agriculture. 

Chiffre d’affaires amélioré. Ayant constaté l’évolution de la demande de grains secs, notamment du “Black Eyes Beans” ou “Lojy” en Europe, cet opérateur économique a voulu élargir son business à l’échelle de sa vision pour avoir plus d’impacts au niveau social, économique et environnemental dans sa région d’intervention, le Vakinankaratra. Pour pouvoir réaliser son projet ambitieux, ce promoteur a eu recours au programme Fihariana. « Grâce au prêt que l’on a obtenu, nous sommes passés de 2 à 8 personnes en permanence tout en engageant 45 surveillants de cultures et en mobilisant plus de 3 000 paysans et 150 femmes-trieuses en saisonniers. Notre chiffre d’affaires s’est ensuite amélioré passant de moins de 40 millions d’ariary à 750 millions d’ariary. Nous exportons principalement nos produits en Espagne , à Maurice et à la Réunion », a témoigné Andry Razakamahefa. 

Professionnalisation des agriculteurs. La réussite des bénéficiaires est un réel pas vers l’atteinte des Velirano du Président Andry Rajoelina, notamment dans le secteur de l’agriculture. Face à la hausse de la demande des produits agricoles tant sur le marché national qu’international, les agripreneurs peuvent ainsi apporter leur contribution en vue de satisfaire ces besoins. En revanche, “il s’avère essentiel que les agriculteurs se professionnalisent également pour répondre aux demandes nationales ou internationales. En outre, ils doivent s’adapter aux conditions climatiques instables, sans oublier le respect de la qualité, valeur intrinsèque d’une société”, d’après toujours les explications de cet opérateur économique.  

Atout de développement. Pour sa part, le programme Fihariana affirme sa conviction que l’approche entrepreneuriale demeure un véritable atout de développement pour un pays comme Madagascar, en constatant les différents niveaux de réussite de ses bénéficiaires. Fihariana poursuit ainsi ses efforts dans ce sens en octroyant une série de formations en gestion d’entreprise et en éducation financière visant principalement la pérennité des activités financées. Si un pourcentage élevé des bénéficiaires du programme évolue dans l’agriculture et l’élevage, conformément aux pratiques et aux besoins locaux, Fihariana a maintenu son ouverture à une panoplie de filières qui n’attendent qu’à être développées, notamment la transformation locale de matières premières afin d’augmenter la valeur ajoutée des produits.

Navalona R.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici