- Publicité -
MG
vendredi 19 août 2022
- Publicité -
DomicileEconomieProjet CASEF : Grand succès pour la croissance, selon les témoignages des bénéficiaires

Projet CASEF : Grand succès pour la croissance, selon les témoignages des bénéficiaires

Témoignage des bénéficiaires du projet CASEF, lors de la célébration de la Journée internationale de la coopération, le 2 juin dernier.

Des membres de coopératives, des petites et moyennes entreprises, ainsi que de simples paysans ont mis en avant les retombées impressionnantes du projet CASEF (Croissance agricole et sécurisation foncière), lors de la Journée internationale de la coopération. 

Leurs vies ont changé ! C’est ainsi que l’on peut résumer les témoignages des nombreux bénéficiaires du projet CASEF, qui ont participé à la séance de partage organisée le 2 juin 2022, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la coopération (JIC). Selon les explications de Fenotanjona Raheriarivony, expert en agribusiness du projet, le CASEF met en valeur l’adhésion des paysans aux coopératives, afin d’avoir une facilitation de l’accès à un meilleur marché et développer le professionnalisme. En ce qui concerne les besoins de financements, un autre expert agribusiness du projet, Andrianantenaina Rafanomezantsoa a noté que les indicateurs de performance sont tous atteints actuellement. D’après ses dires, cette performance est le fruit de la stratégie de gestion basée sur les coopératives, qui a permis d’atteindre un grand nombre de bénéficiaires. Le nombre des coopératives figure d’ailleurs parmi les indicateurs. « Le nombre de coopératives dans la région Atsinanana est d’environ 15, mais avec certaines structures qui sont considérées comme des coopératives, on peut en compter aujourd’hui jusqu’à 40 dans les régions Atsinanana et Analanjirofo.La forme d’accompagnement du projet dans une coopérative est basée sur les problématiques de chaque coopérative. Le projet établit par la suite un diagnostic en examinant et en déterminant quelles sont ses lacunes et propose par la suite quel type d’accompagnement devrait combler ces lacunes. Il y a un programme spécifique pour chaque coopérative. L’accompagnement n’est pas le même pour chaque coopérative mais dépend des failles qu’on y trouve. Certaines concernent l’équipement, d’autres la formation, etc. Mais en général, l’objectif est de développer la production pour accroître le revenu des agriculteurs vers un meilleur accès des produits sur le marché », a-t-il expliqué.

Progrès technique. Plusieurs filières d’activité ont bénéficié du projet CASEF. Parmi celles-ci figurent les activités de la coopérative Mahavagnona, dans la commune rurale d’Anivorano-est, district de Brickaville. Selon ses membres, l’adhésion à la coopérative a permis d’augmenter le volume de production, d’améliorer la qualité des produits et d’avancer dans la sécurisation foncière. « Auparavant, on pratiquait la production saisonnière. On séchait les cannelles sous le soleil et donc, nos activités sont suspendues du mois d’avril au mois de juillet à cause des fortes pluies. Mais depuis que le projet CASEF nous a fourni des séchoirs à bulle, notre production s’opère en permanence. Le projet a octroyé une formation pour la coopérative et diverses techniques pour la plantation. Actuellement, nous nous focalisons plus sur la cannelle en tuyau, grâce à la formation. Pour une tonne d’écorce non grattée, on obtient 5,5 millions d’ariary alors qu’avec la cannelle en tuyau, nous obtenons jusqu’à 18,2 millions d’ariary de revenus », a confié Moniqua Rakotomalala, présidente de la coopérative Mahavagnona. 

Sophistication. Pour les dix membres de la coopérative Mahavagnona, les recettes devraient encore croître, car ils procèdent actuellement à une certification bio de leurs productions. Pour Mahasoa, une autre coopérative à Foulpointe, district Toamasina II, le certificat bio d’Ecocert est déjà acquis, pour le litchi et la grenadelle, que les membres commercialisaient auparavant à 900 Ar le kilo, contre 1 500Ar actuellement, grâce à cette garantie sur la qualité. D’après Velona Monor, président de Mahasoa, les membres de cette coopérative réussissent actuellement à produire chaque année, jusqu’à 300 t de litchi, 200 t de grenadelle et 20 t de cannelle. Des productions qui rapportent gros, car les produits sont certifiés Bio UE et NOP par Ecocert. Les membres de l’association ont, par ailleurs, souligné qu’ils avaient du mal à écouler leurs produits, avant l’intervention du projet CASEF. Un problème qui est actuellement résolu. Lors de la célébration de la JIC, d’autres témoignages ont été faits par les bénéficiaires, en faveur du succès du projet CASEF. Parmi les plus remarquables figurent également le succès de la coopérative Fanamby, spécialisée dans la production de maïs et de soja, ou encore celui de l’entreprise Ny Antsika, déjà très connue sur le marché du fromage ainsi que d’autres produits dérivés de la chaîne de valeur lait. Nous en reparlerons.

Antsa R.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Vision

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici