- Publicité -
mercredi 10 août 2022
DomicileEconomieDeniers publics : Près de 4,6 milliards Ar détournés en l’espace de deux...

Deniers publics : Près de 4,6 milliards Ar détournés en l’espace de deux ans 

Des « Journées du Trésor » sont organisées au parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely jusqu’à ce jour. (Photo : Princy)

Le contrôle de la gestion des finances publiques fait partie des missions assignées au Trésor Public, et ce, via les activités d’audit réalisées par sa direction en charge de la Brigade d’Investigations Financières et de l’Audit. 

Dans le cadre des « Journées du Trésor », cette direction de la Brigade d’Investigations Financières et de l’Audit a exposé sur son stand  que 25 fraudes liées aux détournements de deniers publics, ont été détectées suite aux 542 audits réalisés entre 2017 et 2021. Ces audits ont notamment été effectués au niveau du réseau direct du Trésor, soit les percepteurs principaux et la trésorerie générale ainsi qu’au niveau des établissements publics nationaux et autres régisseurs dans les autres départements ministériels et les collectivités territoriales décentralisées, qui sont répartis dans tout Madagascar. En l’espace de deux ans, soit entre 2020 et 2021, la Brigade d’Investigations Financières et de l’Audit a décelé un détournement de deniers publics portant une valeur de près de 4,6 milliards Ar. Parmi lesquels, 3,8 milliards Ar ont été découverts en 2020 et 800 millions Ar l’année dernière.   

Condamnés. Pour cette même période, 24 personnes ont été mises en cause tandis que 10 personnes ont été déclarées redevables. Des sanctions financières sont ainsi infligées à ces personnes redevables. Il s’agit entre autres de la saisie de leurs biens et le retrait sur salaires suivant le quotité cessible des débets ou bien la somme qu’elles doivent payer à l’Etat après l’arrêté de leur compte. En outre, ces 24 personnes ont été traduites en CODIS (Conseil de disciplines).  Parlant des sanctions pénales, cinq personnes mises en cause suite aux audits réalisés par la direction de la Brigade d’Investigations Financières et de l’Audit entre 2020 et 2021, ont été condamnées. C’est ce qu’on a appris lors de la présentation de cette direction de la Brigade d’Investigations Financières et de l’Audit dans le cadre des « Journées du Trésor », organisé par le Trésor Public  depuis hier jusqu’à ce jour au parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely. « L’objectif est de faire connaître au grand public nos missions et nos réalisations. Cet événement entre également dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire du Trésor », a exprimé Andry Nirina Rajaofetra, le directeur général de cet organisme. 

Sept générations. En s’étalant sur une période de 2017 à 2021, cinquante personnes ont été mises en cause suite aux audits réalisés par la Brigade d’Investigations Financières et de l’Audit. La majorité d’entre elles sont des comptables publics mais il y a également des maires, des cadres et des hauts employés de l’Etat et bien d’autres régisseurs au niveau des collectivités territoriales décentralisées. La plupart d’entre eux opèrent à Antananarivo, a-t-on appris. « Si les comptables publics commettent des actes frauduleux en matière de gestion des finances publics, même leurs descendants issus des sept générations doivent rembourser jusqu’à l’apurement des débets constatés, après le retrait sur leurs salaires et la saisie de leurs biens », tient à rappeler le ministre de l’Economie et des Finances, Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, à l’occasion de l’ouverture officielle de ces « Journées du Trésor ». C’est inscrit dans le cadre du principe de responsabilité pécuniaire et personnelle. 

Limiter les interactions. En revenant sur les missions du Trésor Public, « cet organisme veille à l’équilibre de la trésorerie de l’Etat, participe à la préparation des négociations avec les organismes internationaux et gère les emprunts publics extérieurs, outre le contrôle de la gestion des finances publiques. Il assure en même temps la gestion financière et comptable de l’Etat, des collectivités et des établissements publics tout en coordonnant les politiques et programmes macroéconomiques dans les secteurs réels, finances publiques, monétaires et extérieurs. On s’engage à offrir des services publics de proximité tout en prônant la bonne gouvernance. On vise également la réduction de la durée de traitement des dossiers des usagers tout en limitant leurs interactions avec les agents du Trésor Public via la mise en place de E-salohy. Ce qui permettra en même temps de lutter contre la corruption », a fait savoir son directeur général, Andry Nirina Rajaofetra. 

Navalona R.

- Publicité -
Jovena
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici