- Publicité -
mardi 9 août 2022
DomicileCultureLes  reliques  sakalava : Du sensible à une puissance invisible  

Les  reliques  sakalava : Du sensible à une puissance invisible  

l’Ampanjaka (souverain)  est le maître suprême de son territoire en étant le représentant vivant de ses ancêtres, détenteur du sacré et le garant de la pérennité  du royaume, tous les pouvoirs temporels et spirituels lui appartiennent et ceux, surtout hérités de ses ancêtres. 

Le Fanjakana (le royaume) a besoin d’un homme fort, capable d’administrer le territoire. Pour régner, le roi doit chercher des hommes à qui il confie une partie de ses pouvoirs et qui maîtrisent les connaissances des traditions des ancêtres en vue de légitimer son autorité. 

Dans tous les royaumes malgaches, des institutions et des règles assurent l’harmonie de la vie sociale. La royauté repose sur des principes spirituels, politiques et sociaux pour renforcer les pouvoirs du souverain et pérenniser l’organisation sociale. En général, les institutions des  rois sakalava du nord  ne se limitent pas à des règles écrites mais elles consistent en des principes transmis de bouche à oreille,  d’une génération à l’autre.

 La manifestation de ses institutions se présente sous forme de vénération des objets funéraires et la continuité des cultes royaux à travers les époques. Par définition, la « relique » vient du latin reliquiae, restes, qui signifie, « ce qui reste du corps du martyr, d’un saint personnage, ou d’un objet relatif à son histoire, conservé dans un dessein de vénération ». Chez les Sakalava bemihisatra, la relique ou Mohara est conservée et gardée dans le Zomba faly ou case du Doany royal, sous tutelle des Fahatelo (manantany du culte). Par ailleurs, le Fanjava-mitsaka de juillet, est une cérémonie régionale, familiale et saisonnière, tandis que le Fitampoha est destiné à toutes les dynasties royales du Sakalava du Boina, tenu à Majunga.

Les reliques peuvent être une mèche de cheveux, une dent du roi ou tout autre partie de son corps permanent, ou d’autres objets. En principe, elles constituent une source de légitimité, la puissance de la royauté. Elle est aussi nécessaire pour conquérir d’autres territoires. Elle ne revêt pas la même valeur que la couronne, qui symbolise l’autorité, la dignité, et la puissance du roi. La relique incarne la force temporelle, spirituelle et le pouvoir visible et invisible pour l’éternité.

D’après la légende, une jeune princesse l’utilise pour s’immoler volontairement et promeut la conquête du royaume sakalava vers le Nord. La relique, en tant que détenteur de la sainteté supérieure, protectrice des structures politiques, sociales et familiales, devient un objet de convoitise. Par conséquent, des conflits inter-dynastiques entre les Zafinimena et les Zafinifotsy deviennent fréquents car la dépossession d’une relique implique la chute de la monarchie et le déclin de la dynastie royale. 

La période qui précède la colonisation s’est caractérisée chez les Malgaches, en général et chez les Sakalava du Nord-Ouest en particulier, par l’autorité du roi. En principe, les sociétés sakalava sont conservatrices, les ampanjaka jouent un rôle primordial dans le fondement des institutions traditionnelles. Alors, la tradition en tant qu’héritage du passée laissé par les ancêtres, dispose de règles et de tabous à bien respecter et à transmettre de génération en génération. La cérémonie rituelle de Fitampoha à Majunga l’illustre d’une manière palpable. 

Recueillis par Iss Heridiny 

- Publicité -
Jovena
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici