- Publicité -
mercredi 10 août 2022
DomicileCultureUniversité d’Antananarivo : Les Mahaleo désormais docteur Honoris Causa

Université d’Antananarivo : Les Mahaleo désormais docteur Honoris Causa

La cérémonie solennelle de l’attribution du titre de docteur Honoris Causa du groupe Mahaleo, dans la salle des Présidents de l’université d’Antananarivo.

Le groupe Mahaleo a été distingué par l’Université d’Antananarivo du titre prestigieux de docteur « Honoris Causa » hier. Titre suprême obtenu par une personne hors du système universitaire et recherche, Bekoto et Mahaleo reçoit ainsi le statut d’enseignant–chercheur plein.  

Cérémonie hautement symbolique, hier, dans la matinée à l’université d’Antananarivo avec l’attribution du doctorat « Honoris Causa » au groupe Mahaleo. « Puisque 2022 s’aligne avec les cinquante années du groupe, celui de mai 1972, mais aussi au cent ans du retour des poètes exilés en 1922 », a souligné le professeur Mamy Raoul Ravelomanana, président de l’Université d’Ambohitsaina.

Le programme a été riche, et la jeunesse universitaire a répondu présente. Le cœur de la journée a été la séance de partage à l’amphi DEGS, devant un parterre de professeurs et d’étudiant(e)s, hilares aux petites galéjades de Bekoto. Dama, en constatant les constructions illicites dans l’enceinte universitaire, a lancé un message lourd de sens. « Cette université ne mérite pas qu’on la traite ainsi ».

Et d’ajouter, « sans cette université, Mahaleo n’aurait pas existé ». Les deux artistes ont insisté sur la nécessité de mettre toujours en première place la langue malgache, d’adapter le paradigme du développement avec la réalité et le vécu des Malgaches. Autant de pistes pour ces futurs diplômés. Vers 11h, dans la salle des présidents, la salle d’apparat de l’université, la cérémonie solennelle de remise des titres a été effectuée.

Les familles des membres désormais immortels, Raoul, Nônô, Dadah, Charles et Fafah étaient présentes. Il faut souligner que ces derniers ont aussi été distingués « à titre posthume ». Il ne suffit pas d’être le bon Dieu en culotte de velours de la chanson pour obtenir ces distinctions. Un conseil scientifique a d’abord effectué une évaluation. La portée sociale, culturelle, artistique et même économique de Mahaleo est passée sous la loupe de ce conseil. 

Et c’est une première dans l’histoire des universités à Madagascar. « Il faut savoir que l’université n’en discerne qu’un par an. Mais nous pensons aussi à d’autres: Jaojoby, Lôlô sy ny Tariny, Henri Ratsimbazafy… », a énuméré le professeur Mamy Raoul Ravelomanana. Tout un symbole, la faculté d’Antananarivo joue son rôle de vraie institution républicaine. Mahaleo a beaucoup pris des petits destins, des petites vies, des petits quotidiens, pour en faire des chansons.

Pour que le peuple de ces petits quotidiens, leurs premiers auditeurs, sache qu’il n’est pas seul, qu’il est un être humain qui compte dans ce pays. Voilà en somme ce que vient de souligner l’université d’Antananarivo. 

Maminirina Rado

- Publicité -
Jovena
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici