- Publicité -
mercredi 10 août 2022
DomicileEconomieEnergie solaire: Les opérateurs économiques pour la mise en place de mesures d’incitation.

Energie solaire: Les opérateurs économiques pour la mise en place de mesures d’incitation.

Les installations solaires nécessitent des terrains pour leur emplacements

Le solaire est  l’une des alternatives les plus efficaces à l’énergie thermique mais son coût d’installation relativement cher freine les investissements. Les opérateurs économiques intéressés par les installations solaires souhaitent la mise en place par l’Etat des mesures d’incitation. 

Lors de son passage la semaine dernière à Mahajanga, le Président de la République Andry Rajoelina a promis de  doter les ménages ruraux de « kits solaires mora ». Il a notamment expliqué qu’à raison de 2000 à 3000 ariary  par mois,  les kits solaires « mora » sont très abordables par rapport aux  18.000 ariary mensuels que les  ménages ruraux sont obligés de débourser pour l’éclairage à la lampe à pétrole  que la population rurale malgache a l’habitude d’utiliser. 

Limite

Cette option présidentielle démontre à  quel point le solaire est une des alternatives les plus efficaces aux énergies fossiles  comme les centrales électriques à fioul.  Lesquelles, une fois de plus ont démontré  leur limite avec la flambée  du brut qui nous rappelle l’importance des énergies pour le développement économique. En tout cas, malgré une accalmie qui se manifeste ces derniers temps  par une baisse des cours du brut en dessous des 100 dollars, le marché pétrolier ne s’attend pas à une chute des prix  en raison de la perturbation de l’économie mondiale  provoquée par la crise russo-ukrainienne. Cette illustration de la perturbation des marchés mondiaux du gaz et du pétrole témoigne  en tout cas de la dépendance de chaque pays aux énergies fossiles. Madagascar  fait évidemment partie de ces pays qui subissent les effets néfastes  du choc pétrolier. Et ce, pour la bonne et simple raison que la Grande Ile utilise à 60%, l’énergie thermique. Une insulte pour  un pays où le potentiel solaire est très importante. 

Potentiel solaire

D’après, en effet  les données de la Banque Mondiale, le potentiel solaire  de Madagascar est estimé  à 2 000 kWh/m²/an grâce aux 2 800 heures d’ensoleillement annuel dont il bénéficie.  Un potentiel qui séduit les potentiels investisseurs internationaux mais également et surtout nationaux. « Madagascar dispose de tous les avantages pour passer à la vitesse supérieure, accélérer la transition énergétique et miser davantage sur des formes d’énergie plus durables. Ces dernières sont disponibles à foison et donc reconductibles à l’échelle du temps humain, car même dans des centaines d’années, le soleil ne cessera de briller »  soutient un opérateur économique spécialisé dans la filière énergie. «Sur le long terme, les avantages économiques de la mise en place de centrales  et de parcs solaires ne sont pas négligeables. En effet, sur une durée de 25 à 30 ans, les coûts de maintenance et d’opération sont extrêmement réduits. L’efficacité des panneaux s’améliore constamment et les prix baissent au fur et à mesure que la part du solaire dans le mix énergétique augmente » poursuit-t-il.

Mesures gouvernementales 

Malheureusement, les couts  des investissements solaires restent encore élevés en phase d’installation. « Installer des panneaux photovoltaïques de 1MW coûte généralement plus d’1 million de dollars, soit 4 milliards d’Ariary. Un montant considérable qui nécessite des mesures incitatives et des facilités » selon toujours cet opérateur économique. Raison pour laquelle,  les  potentiels investisseurs  en panneaux photovoltaïques ont toujours proposé et continue de proposer des mesures gouvernementales incitatives pour les installations solaires. Les mesures  peuvent être d’ordre fiscal, d’appuis financiers et infrastructurels.   Mais également et surtout foncier. « Les installations solaires nécessitent beaucoup de terrains  dont l’Etat doit faciliter l’acquisition pour raison d’utilité publique ». Il s’agit effectivement d’une utilité publique quand on sait que pour le moment seulement 15% de la population est raccordée à l’électricité de le Jirama dont les tarifs sont exorbitants et les services lamentables.  En somme, la multiplication des installations s’imposent plus que jamais, avec une plus forte implication de l’Etat en matière mesures d’accompagnement. Car sur le long terme, les avantages économiques de la mise en place de centrales  et de parcs solaires ne sont pas négligeables. En effet, sur une durée de 25 à 30 ans, les coûts de maintenance et d’opération sont extrêmement réduits. L’efficacité des panneaux s’améliore constamment et les prix baissent au fur et à mesure que la part du solaire dans le mix énergétique augmente.  Du  « jiro mora » à gogo.

R.Edmond.

- Publicité -
Jovena
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici