- Publicité -
MG
mardi 16 août 2022
- Publicité -
DomicileEditoMidirama : Un appel au dialogue de plus en plus pressant

Midirama : Un appel au dialogue de plus en plus pressant

C’est sur un fond de crise larvée que l’idée de la tenue d’une conférence nationale semble cheminer dans l’esprit de nombreux acteurs de la vie politique et des organisations de la société civile. L’empêchement de la tenue du rassemblement organisé par le RMDM, samedi dernier, n’a fait que renforcer cette volonté affichée par les membres du comité technique pour la préparation de cette conférence. Il serait réducteur de dire que c’est l’opposition la plus dure qui appelle de ses vœux cette réunion où tous les problèmes qui se posent actuellement seront débattus. On y trouve des représentants de toutes les composantes de l’opposition et de la société civile pour qui le dialogue et le débat sont nécessaires. Après la première rencontre qui a eu lieu le 12 avril dernier, c’est une deuxième étape qui va être franchie aujourd’hui à YT Station Tsiazotafo. Dans le même temps, le RMDM maintient l’organisation de son rassemblement au Magro Behoririka. Son président affirme qu’il a déposé une demande d’autorisation écrite au préfet de la ville d’Antananarivo. Le pouvoir, pour le moment, semble réticent devant les appels qui lui sont adressés et ceux qui parlent en son nom disent deviner l’intention cachée des opposants: celle d’un partage de maroquins. Cependant, la pression se fait de plus en plus forte pour pousser toutes les forces vives à dialoguer. Le FFKM et le CFM ont clairement fait savoir qu’ils l’appelaient de leurs vœux. L’opinion reste dans l’expectative et la majorité de la population est beaucoup plus préoccupée par sa lutte pour la survie. La hausse incessante du coût de la vie est en train de l’étouffer petit à petit. L’atmosphère est de plus en plus délétère et la situation risque de se tendre si les problèmes sociaux ne sont pas résolus. Dans le contexte actuel, il y a une bonne nouvelle : il n’y a pas de reprise exponentielle des cas de contaminations de Covid-19. Les Malgaches semblent s’être disciplinés et ont repris les habitudes adoptées durant l’épidémie: le port du masque et l’adoption des gestes barrières.

La situation sur le front ukrainien semble s’être stabilisée pour le moment. Les Russes avaient décrété une pause opérationnelle car leurs troupes devaient reconstituer leurs réserves après des pertes importantes en hommes et en armements. Depuis hier, ils ont suspendu leur trêve et ils ont repris leur bombardement. Le pilonnage d’Odessa a recommencé, mais les forces armées doivent faire face à une contre-offensive ukrainienne. Les Ukrainiens ont reçu de nombreux matériels modernes de la part des Américains. Ils utilisent merveilleusement les lance-roquettes Eymar qui leur permettent de détruire les dépôts de munitions et l’artillerie adverse. Les cargaisons de blé commencent à être chargées sur des navires dans le port d’O et sont livrées aux nations qui en avaient fait la demande.

La tournée du président Emmanuel Macron en Afrique a été marquée par son offensive contre la Russie dont il critique l’attitude sur le continent. Il a parlé d’un comportement impérialiste lors de son passage au Cameroun, au Bénin et en Guinée Bissau.

La Grande île traverse en ce moment une mauvaise passe et l’appel au dialogue et à la concertation lancé par toutes les forces vives de la nation semble recueillir l’adhésion de plus en plus de citoyens. La population qui lutte pour sa survie souhaite que la situation actuelle soit débloquée au plus vite.

Patrice RABE

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

  1. L’idée de concertation, devenue un refrain, est une idée saugrenue.
    La Nation Malagasy, à l’image de nombreuses nations au monde, est impactée par les tares inhérents à des imprévus de toute sorte.
    Les responsables légitimes en place ont pour tâche de faire face à tout cela.
    Si des Grands esprits prétendent avoir une solution assurée et immédiate ; ils doivent en faire une publication avec les conditions de rétrocession, par exemple.
    Jusqu’ici, le baromètre international, auquel l’opposition ne cesse de saisir, semble donner un coup de pouce aux vrais et légitimes responsables en place du pays.
    La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si les nombreux éléments disparates qui structurent l’opposition se seraient ils déjà concertés ???
    Sur quels sujets et avec quel mémoire.
    Il est difficile de préconiser une concertation si les places de juge et partie sont d’avance occupées.
    Tout match est biaisé d’avance.
    Il en est de même pour le gouvernement.
    Cette impartialité qu’il va falloir d’abord trouver pour débuter si de l’utopie n’est pas de mise.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici