- Publicité -
dimanche 7 août 2022
DomicileSociétéDigitalisation : Une réglementation nationale s’impose 

Digitalisation : Une réglementation nationale s’impose 

La digitalisation devient incontournable surtout pour une entreprise ou n’importe quel type d’organisation. 

En effet, elle s’applique à tous les domaines et assure une optimisation de temps et d’argent en automatisant des tâches de plus en plus complexes. Par définition, la digitalisation est le procédé qui vise à transformer un objet, un outil, un processus ou un métier en un code informatique afin de le remplacer et le rendre plus performant. « À Madagascar, la plupart des Malgaches sont conscients de la présence et de l’importance de ces nouvelles technologies malgré le fait que moins du tiers de la population a accès à Internet et le maîtrise  », a expliqué Onihasina Razakanaivo Rabemihoatra, consultant et enseignant en communication au sein de ESUM (Ecole Supérieure de Management). Lors d’une conférence-débat organisée mensuellement par cette université digitale par le biais de la Mention Informatique, le thème a été d’ailleurs axé sur « la digitalisation au service des citoyens, de la nation et de l’univers ».

Sans conséquence. D’aucuns reconnaissent que la digitalisation est devenue un phénomène naturel qui combine l’apparition de l’Internet et les avancées technologiques. À titre d’illustration, « nous assistons aujourd’hui à la montée en puissance d’un univers interconnecté grâce à l’évolution de la technologie, de l’Internet et de la dimension encore incommensurable des serveurs de base de données. Au début, la transformation digitale a permis de remplacer les courriers par les emails, les salons par des webinaires et les magasins par des sites e-commerce. Désormais, on peut communiquer dans le monde via les réseaux sociaux ou bien promouvoir notre identité personnelle ou entrepreneuriale voire même les marques, grâce à cette digitalisation. Cependant, celle-ci se doit d’avoir des réglementations afin d’assurer une certaine légalité au niveau des utilisateurs. Depuis 2016, l’Union européenne a décidé de mettre en place une réglementation sur l’utilisation des données à caractère personnel. À Madagascar, nous commençons à découvrir et à utiliser Internet pour nos projets socio-économiques. Une réglementation nationale s’impose ainsi étant donné que dans l’avenir, cette digitalisation ne sera pas sans conséquence. Protéger les données des utilisateurs du digital se doit d’être bien maîtrisé », d’après toujours ses explications. « Certes, il y a la présence de la cybercriminalité, mais nul n’est réellement protégé sans la mise en place de la réglementation des données », a enchaîné cet expert en communication. 

Biométrie. Parlant des avantages, la digitalisation permet de développer de nombreuses opportunités dans différents secteurs d’activité, et ce, à travers des échanges en temps réel et sans notion de distance entre les utilisateurs. Il peut s’agir entre autres, des échanges entre les citoyens et l’administration ou entre une société et ses clients ou bien entre les particuliers. L’automatisation des tâches permet également d’optimiser le temps et l’argent tout en assurant la bonne gouvernance étant donné que le traitement des dossiers est tracé. Mais l’on ne peut parler de la digitalisation au service de la nation sans mettre un point d’honneur à ce qu’on appelle la biométrie. C’est le summum de la digitalisation qui permet de tracer en temps réel les activités des individus dans une entreprise, dans une organisation, dans une nation, voire dans l’univers. La biométrie regroupe l’ensemble des techniques informatiques permettant de reconnaître automatiquement un individu à partir du connaissement facial, de son empreinte digitale ou de l’impression de son iris, entre autres. 

Interactions avec l’Etat. « Dans la réalité, les gens ont peur d’être identifiés. Pourtant, on est légalement un individu quand on est identifié. Depuis ces dernières années, de nombreux pays mettent en place un identifiant unique via la biométrie. Cette tendance serait prochainement globale. À titre d’illustration, on peut obtenir un visa en évitant toutes les démarches au niveau des ambassades. Au Portugal, mon pays d’origine, notre carte d’identité est numérique. Ce qui nous permet de nous mettre en interaction avec l’Etat en temps réel. Cette carte biométrique contient toutes les données d’un individu depuis sa naissance et avec laquelle on peut accéder au compte bancaire tout en effectuant des transactions ou faire des enregistrements électroniques ou bien des réclamations au niveau de l’Etat. Et vice versa, l’Etat peut tout de suite identifier en cas de non paiement des impôts, entre autres. Même si l’on se déplace à l’étranger, ces interactions avec l’Etat sont toujours possibles étant donné que tout est enregistré et tracé », a évoqué Jorge Passarinho, expert en télécommunication et biométrie, dans le cadre de cette conférence-débat organisée par l’ESUM.  

Navalona R.

- Publicité -
Jovena
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

  1. Excellente présentation …qui évite précautionneusement d’évoquer l’éventualité d’une mauvaise utilisation de masse desdites techniques (digitalisation – biométrie) . Le prétexte de la gestion du covid-19 nous en aura donné quelque aperçu ! Vu

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici