- Publicité -
MG
mardi 16 août 2022
- Publicité -
DomicileÀ lireAffaire Apollo 21 : Des élus français réclament la libération de Philippe François

Affaire Apollo 21 : Des élus français réclament la libération de Philippe François

Philippe François, menottes aux poignées

À quelques semaines du verdict de la Cour de cassation sur l’affaire Apollo 21, des personnalités françaises sortent de l’ombre pour réclamer la libération de Philippe François. 

Du solide. Eric Ciotti, Cédric Perrin, Loïc Hervé, François-Xavier Bellamy, Catherine Pacoret sont des élus français, aux côtés de l’avocate Corinne Lepage, ancienne ministre français de l’Environnement,  et des écrivains Jean-René van der Plaesten, Patrice Franceschi, Marie-Laure Buisson, Michel Goya, ancien colonel français des troupes de marine, ainsi que le médecin Xavier Alacoque, tous, sous la houlette de l’académicien français Jean-Christophe Rufin, et viennent à la rescousse de Philippe François qui est condamné à 10 ans de travaux forcés par la justice malgache, et écroué depuis un an à Tsiafahy, pour avoir participé à un « complot contre le président de la République ». Ils se manifestent dans une déclaration qui sonne comme une alerte en faveur de cet ancien colonel de l’armée française.

Incompréhension. Le cas Philippe François mobilise, en effet, des intellectuels et politiques français qui accusent, de leur part, la diplomatie française d’avoir « abandonné » le sort de ce « brillant officier » qui compte alors derrière lui vingt-cinq années de service au sein de l’armée française. Ils veulent, en effet, la libération de Philippe François, qui, à leurs yeux, ne mérite pas les peines qu’il purge actuellement derrière les barreaux. Selon ces personnalités françaises, « l’accusation n’a pas apporté la preuve » suffisante pour accuser Philippe François. Leur « incompréhension » les fait sortir de leur mutisme. Et qu’ils souhaitent également, dans leur lancée, que le gouvernement français se range de leur côté pour amplifier leur cause. Pourtant, « le silence de la diplomatie française ne fait que renforcer l’idée de la culpabilité de Philippe François », regrettent-ils. 

Condition extrême. « La France a manqué à son devoir de protection et n’a, jusqu’à présent, pas fait entendre sa voix » selon ces intellectuels et politiciens français. Ils affirment que ce colonel français en retraite, dont ils vantent ses valeurs, « n’est pas comme d’autres Français dans d’autres pays ».  Sa condition de détention est « extrême », jugent-ils, et Philippe François est « l’otage de jeux qui le dépassent » car le contexte malgache dont a été rendu le verdict du tribunal le condamnant à 10 ans de travaux forcés est marqué par « des relations compliquées d’un pouvoir mégalomane avec la France », soutiennent ces personnalités françaises. 

Pression. Le co-accusé de Paul Rafanoharana est aussi « victime d’une justice expéditive », estiment-ils. « L’accusation s’est montrée incapable de prouver la réalité d’un complot contre l’Etat malgache, et encore moins, l’implication de Philippe François. Pire encore, aux vices de procédures se sont ajoutées l’absence de certains témoins, la non présentation de preuves à décharge et la manipulation voire la falsification de pièces, notamment les fichiers et messages informatiques effacés », lit-on sur le site dédié au soutien de Philippe François. Ils veulent alors mettre la pression sur le gouvernement français qui, selon leur déclaration, a « le devoir de la France de défendre les droits fondamentaux de Philippe François et de le protéger ». Ils pensent alors que « la seule décision acceptable de la Cour de cassation (ndlr, qui devrait rendre son verdict le 26 août prochain) est la relaxe ». 

Rija R.

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

4 COMMENTAIRES

  1. Ces politiciens font leur devoir mais Midi Madagasikara pas du tout. C’est un colonel entraîné a tuer et ce n’est pas le genre a pleurer la mort d’un président africain, surtout que cela lui aurait permis d’engranger un pactole. Qu’il n’ait pas été condamné à mort me surprend encore.
    La seule chose que je déplore est que les malgaches auteurs présumés de massacre a Ankazobe sont abattus a tour de bras pour avoir résisté aux éléments allés à leur trousse. Il aurait fallu recourir à la même méthode avec cet enfant de coeur de la France.

  2. Il est insupportable que des élus et autres personnalités Françaises s’immiscent avec de telle condescendance et mépris dans une procédure judiciaire en cours dans un état souverain . Il y a beaucoup à dire sur ce régime mais ces prises de position qui ressemblent bien à des pressions risquent de desservir la cause de l’accusé ! Quoi que l’on dise la justice est indépendante et ces agissements ressemblent bien à une  » ingérence  » inacceptable !

  3. Vous en avez pas assez de l’ingérence !?, mot que vous répétez à chaque phrase.
    Ces politiques français ne font rien d’autre que de « tenter » de faire bouger les diplomates français à Mada, cela leur permet d’exister sur le devant de certains baveux qui sont du même acabit que les malgaches (voir le meilleur ?de tous la GdI + la Vérité ?) .
    SANS compter l’Express devenu le baveux de A R comme le Figaro.
    Enfin vous êtes « puceaux » où »vierges » effarouchées pour sortir ce mot ingérence plutôt changer par Rance qui définit très votre action.
    Vous ingérez bien les bêtises de vos différents politicards depuis 62 Ans ,regardez où en est Madagascar et voter autrement qu’avec un billet d de 100 A plus le tee-shirt de propagande.
    Velomo

    • La conférence de La BAULE en 1990 pendant laquelle François Mitterand exige le  » devoir d’Ingérence  » au nom de la démocratie pour les Africains , ne cadre plus avec la mondialisation actuelle . Autrement parmi ces hommes politiques Français certains ont encore les gènes du patriarcat néocolonialiste . Leurs gesticulations n’étonnent guère .et temps des barbouzes est révolu . Madagascar est peut être pauvre mais mérite plus d’égard dans les relations internationales . Le problème des Malgaches avec des dirigeants autocrates et mégalomanes ne regardent que Madagascar et basta !

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici