- Publicité -
MG
mardi 16 août 2022
- Publicité -
DomicileSociétéÉpidémiologie de terrain : 29 médecins et vétérinaires formés

Épidémiologie de terrain : 29 médecins et vétérinaires formés

Cérémonie de remise de certificats aux bénéficiaires de cette formation

Des professionnels en santé humaine et animale ont suivi une formation en épidémiologie de terrain de première ligne . C’est une formation qui contribue beaucoup à la surveillance et constitue une riposte aux épidémies à Madagascar. 

Lasurveillance des maladies potentiellement épidémiques en santé humaine et animale renforcée. Après trois mois de formation en épidémiologie de terrain, des certificats ont été remis hier aux 29 médecins et vétérinaires. C’est une formation dispensée par le ministère de la Santé publique en partenariat avec le Réseau Africain de formation en épidémiologie de terrain (AFENET-African Field Epidemiology Network) et le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). « Ces professionnels en santé humaine et animale effectuent des descentes sur terrain pour évaluer des problèmes de santé imprévus, lesquels exigent une intervention rapide en raison de leur gravité, de leur ampleur ou de leur impact négatif envers la population. Grâce à leurs acquis, ils pourront mener des investigations épidémiologiques dans leurs zones d’interventions», explique le ministre de la Santé publique, le Pr Zely Randriamanantany. 

Risques. Un système de santé plus résilient passe inévitablement par la formation de ces professionnels et cette formation en épidémiologie de terrain contribue à cet objectif. Cette formation représente une réponse appropriée pour mieux gérer les risques pandémiques ainsi que les autres risques sanitaires traditionnels ou émergents en santé humaine comme en santé animale. Elle contribue ainsi au renforcement du système de santé en développant davantage sa capacité de surveillance, d’analyse, d’investigation et de riposte face aux risques épidémiologiques. Les épidémies n’ont pas de frontière. Cette approche régionale à l’échelle de l’Océan Indien piloté par la commission de l’Océan Indien a ainsi toute son importance. Elle va permettre de mettre en place des réseaux de surveillance, de réaction rapide et de traitement d’épidémie qui pourraient survenir à l’échelle du bassin océanique dans l’Océan Indien et des Etats membres de la COI. La France à travers l’AFD soutient ce réseau de surveillance épidémiologique depuis de nombreuses années.

Narindra Rakotobe

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici