- Publicité -
lundi 15 août 2022
- Publicité -
MG
DomicileEditoMIDIRAMA : Un avenir plus que jamais incertain

MIDIRAMA : Un avenir plus que jamais incertain

Les semaines se suivent et se ressemblent  car  les mauvaises nouvelles chassent celles qui sont tombées auparavant et entretiennent ce climat délétère parti pour s’installer encore longtemps. La spirale de l’inflation met à mal le panier de la ménagère qui doit gérer une bourse ne permettant plus de subvenir aux besoins de la famille. La Jirama continue d’opérer ses délestages et coupures d’eau que ses dirigeants expliquent par des problèmes techniques.  L’exaspération des consommateurs d’Itaosy  s’est manifestée de manière violente et la manifestation n’a pas dégénéré. Le ras-le-bol de la population s’est traduit par des rassemblements et par l’incendie de pneus. Les forces de police ont pu ramener l’ordre et la foule s’est finalement dispersée. Mais l’avertissement est sérieux et montre que ce genre d’incident peut se reproduire à tout moment. Les foyers de tension se multiplient et les autorités essaient de réduire la tension en résolvant tant bien que mal les problèmes à leur origine. Le plus souvent, il s’agit de questions de salaire ou d’argent qui n’ont pas été versés. Cette semaine, les difficultés d’approvisionnement en carburant sont revenues sur le tapis. La pénurie de gasoil dans les stations services a provoqué un début de panique chez les automobilistes et a occasionné de longues queues devant certaines qui avaient encore un stock suffisant. Les explications du DG de l’OMH et du ministre de l’Énergie affirmant qu’il n’y avait pas péril en la demeure à cause des réserves de carburant ont calmé l’inquiétude des consommateurs, mais les difficultés de certains secteurs comme les transports en commun ont été accrues. Du côté sanitaire, alors que les craintes d’une reprise de l’épidémie de la Covid-19 a été apaisée, l’alerte a été donnée par l’OMS sur  la montée des contaminations de la variole du singe dans le monde. Dans la zone Océan Indien, des cas ont été signalés à Maurice. Les responsables du ministère de la Santé à Madagascar ont rassuré l’opinion  et ont affirmé qu’ils avaient pris toutes leurs précautions depuis le mois de juin. Pour le moment, il n’y a aucune inquiétude à avoir.

Sur le plan international, c’est vers la zone Asie Pacifique que l’attention des médias se porte. La tension est brusquement montée à cause de la décision de la présidente de la majorité démocrate au Sénat, Nancy Pelosi, de se rendre à Taiwan et ce, malgré l’avertissement de la Chine. Cette visite considérée comme une provocation a provoqué la colère des Chinois qui considère  que l’île voisine fait partie intégrante de son territoire. Le Pentagone a exprimé sa réticence à propos de cette visite, mais cela n’a pas entamé la détermination de la sénatrice. Pour cette dernière, il s’agit d’une question de principe. Les autorités chinoises ont exprimé leur colère et organisé les plus grandes manœuvres militaires de ces dix dernières années à proximité de l’île. 

Cette poussée de fièvre dans la mer de Chine a déplacé le centre d’intérêt de la communauté internationale vers cette partie du monde. La crise russo-ukrainienne  semble moins aiguë qu’auparavant. La confrontation entre les deux camps a baissé d’intensité. Les premières cargaisons de blé ont été embarquées sur des cargos qui suivent une voie sécurisée. 28 millions de tonnes attendent d’être livrées dans les mois à venir.

La population malgache traverse les difficultés actuelles avec un esprit de résignation qui fait l’admiration des observateurs étrangers. Cependant, la description faite de la situation à l’intérieur du pays fait penser que le risque d’explosion sociale est réel si des solutions pérennes ne sont pas trouvées. L’avenir est plus que jamais incertain.

Patrice RABE

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici