- Publicité -
mercredi 10 août 2022
DomicileEconomieRestauration forestière : Plus de 6 millions de tonnes de carbones séquestrées 

Restauration forestière : Plus de 6 millions de tonnes de carbones séquestrées 

Les responsables du projet « Paysages Durables dans l’Est de Madagascar », présentant les résultats à son mi-parcours.

Le projet « Paysages Durables dans l’Est de Madagascar » lancé en juin 2018 est actuellement à mi-parcours. 

Il s’agit d’un projet mis en œuvre par Conservation International en partenariat avec le Bureau National de Coordination du Changement Climatique REDD+ Madagascar, sous tutelle du ministère de l’Environnement et du Développement Durable.  « L’objectif principal consiste à réduire de 5 millions de tonnes équivalents en gaz carbonique les gaz à effets de serre émis dans l’atmosphère et  à améliorer la résilience des 23 800 ménages, soit environ 142 800 personnes face aux impacts du changement climatique.  Ces bénéficiaires vivent notamment aux alentours des deux corridors forestiers co-gérés par Conservation International et les communautés de base, à savoir le corridor Ankeniheny –Zahamena et le corridor  Ambositra-Vondrozo », a expliqué Zo Lalaina Rakotobe, directeur du projet « Paysages Durables dans l’Est de Madagascar », lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au siège de Conservation International  à Ankorahotra. 

Restauration de forêt dégradée. Parmi les réalisations à mi-parcours de ce projet, « nous avons pu enregistrer plus de 6 millions de tonnes de carbones séquestrés en 2021, soit au-delà de notre objectif fixé qu’est de réduire de 5 millions de tonnes l’émission de gaz carbonique dans l’atmosphère, et ce, grâce aux actions de mitigation et d’adaptation entreprises dans nos zones d’intervention. Pour l’année précédente, l’émission de plus de 774 000 tonnes  de dioxyde de carbone de gaz à effet de serre, a été évitée dans l’atmosphère. En outre, nous avons impliqué les communautés locales dans la restauration de forêt dégradée étalée sur une superficie de 2 205 ha si l’objectif prévu à mi-parcours était de 2 000 ha. Parlant de la restauration de forêts par l’agroforesterie, ces communautés de base partenaires de Conservation International ont pu reboiser  diverses espèces de plantes autochtones et à forte valeur ajoutée comme le girofle et le café sur une surface de 1 600 ha. Ce qui permettra d’améliorer leurs sources de revenu d’une manière durable », d’après toujours ses explications. 

Diminution du taux de déforestation. Par ailleurs, ces communautés locales sont conscientes de l’importance de la préservation des paysages afin de lutter contre les impacts du changement climatique. Raison pour laquelle, leurs membres se sont engagés à effectuer des patrouilles systématiques, en complément des suivis aériens par les drones et des contrôles forestiers assurés par les brigades mixtes dirigés par les directions régionales du ministère de tutelle. Le taux de déforestation dans les deux systèmes d’aires protégées gérés par Conservation International, a diminué. Cela est passé de 2,78% à 0,8% dans le corridor forestier d’Ankeniheny-Zahamena et de 1,12% à 0,5% dans le corridor Ambositra-Vondrozo. 

Navalona R.   

- Publicité -
Jovena
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici