- Publicité -
vendredi 30 septembre 2022
- Publicité -
DomicileSociétéPÊCHE ET ÉCONOMIE BLEUE : Les petits pêcheurs interpellent Tsimanaoraty Paubert

PÊCHE ET ÉCONOMIE BLEUE : Les petits pêcheurs interpellent Tsimanaoraty Paubert

Face à face, le ministre Paubert avec les petits pêcheurs de Tuléar.

Les petits pêcheurs des alentours de Tuléar en veulent au ministre Paubert pour avoir signé un accord de pêche avec les Japonais.

D’emblée, le ministre Tsimanaoraty Paubert a expliqué qu’il s’agit d’un renouvellement d’accord de pêche de thons avec les japonais. « Ce sont des accords qui existent depuis longtemps », explique le Ministre de la Pêche et de l’Économie Bleue, face aux petits pêcheurs réunis à la Direction Régionale de Pêche, le vendredi 5 août. D’après les habitants, les prises ne sont toutefois plus ce qu’elles étaient : elles sont en déclin. À tort ou à raison, ils tiennent les bateaux étrangers autorisés, responsables de cette situation. Ces derniers, en traînant leurs filets sur les fonds marins, pêchent beaucoup plus que du thon. Les pêcheurs pensent qu’en pêchant au large, les thons sont épuisés là-bas même et ne peuvent arriver sur les côtes malgaches. « C’est faux », explique l’infatigable ministre Mahatante Paubert, « ce qu’ils attrapent à la limite de nos eaux, ce sont des bancs de thons faisant partie des ressources migratoires de 50 tonnes,  qui se déplacent de pays en pays». Selon l’explication du ministre de tutelle, la pêche traditionnelle est préservée. Il ne reste plus que 4 bateaux autorisés (sur 40) qui rôdent autour de l’île. Il y a d’autres causes et facteurs qui épuisent nos réserves de pêche. Ce qui est sûr, les caisses de l’État se remplissent de redevances, grâce à l’économie bleue, qui a révisé à la hausse le montant. Si bien que les Japonais, Chinois, Espagnols, Iraniens, Russes ont mis un certain temps avant de se décider à relancer les accords de pêche. Tous doivent respecter les conditions inscrites dans les protocoles d’accord. Transparence oblige. Madagascar est le 5e pays qui adhère à la Fisheries Transparency Initiative (FiTI).

Charles RAZA

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

  1. Pas de quoi crier au scandale …en démocratie illibérale : le peuple transmet son pouvoir à des représentants.
    Les représentants assignent le peuple à la misère , transférant …tant la création de richesse (fruits du travail) que les richesses naturelles (ressources halieutiques en l’espèce)…du peuple misérable aux nantis (pouvoir local et extérieur) . Il aura bien changé notre désormais ministre Paubert . Paraît que le poisson pourrit par la tête. C’est bien le cas de ne pas le dire .
    Au fait , a-t’il fait sa déclaration préalable de patrimoine !??

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici