- Publicité -
lundi 26 septembre 2022
DomicilePolitiqueMinistre des Affaires étrangères : « Madagascar n’a pas d’ennemis »

Ministre des Affaires étrangères : « Madagascar n’a pas d’ennemis »

Richard Randriamandrato face à la presse, hier, à Anosy

La récente déclaration du secrétaire d’Etat américain est une aubaine pour le choix adopté par le gouvernement malgache sur la crise ukrainienne. Le ministre des Affaires étrangères l’a indiqué lors d’une rencontre avec la presse.

Plus question de faire machine arrière et ce, malgré différentes sollicitations des pays occidentaux. Hier, lors d’une conférence avec la presse, le chef de la diplomatie malgache, Richard Randriamandrato, persiste et signe que Madagascar ne prendra pas de camp dans la confrontation sur la crise ukrainienne. Ni en faveur de la Russie, encore moins aux côtés des pays membres de l’alliance de l’Atlantique Nord. Le « non-alignement » est toujours soutenu par le gouvernement, a affirmé Richard Randriamandrato. L’Union européenne et les États-Unis ont souhaité que Madagascar dénonce l’invasion russe en Ukraine et s’aligne sur leur position sur l’échiquier mondial. Pourtant, le gouvernement a décidé autrement et joue le « ni…ni… » dans cette crise au mépris des convoitises. 

Émergent. La diplomatie malgache ne change pas d’un iota même si « Madagascar doit s’adapter au nouveau contexte mondial », selon toujours Richard Randriamandrato, et maintient toujours sa position concernant la crise ukrainienne. Seuls « les intérêts économiques et la défense de la souveraineté nationale et territoriale » priment selon ce membre du gouvernement. Et « nous n’avons pas d’ennemis », a-t-il lancé.  Et de poursuivre que « Madagascar est un pays ouvert à toutes les bonnes volontés afin de nous aider et de nous accompagner dans le développement du pays, de faire de Madagascar un pays émergent ». « Les alliés de nos amis ne sont pas forcément nos amis, les ennemis de nos amis ne sont ni nos amis ni nos ennemis », a-t-il affirmé. Un grand écart sur une crise qui fait alors mal à l’économie nationale. 

Ambassadrice américaine. « Le monde change et les grandes puissances économiques, militaires, financières, ajustent leur position en tentant de former de nouvelles alliances », analyse Richard Randriamandrato. Mais sa diplomatie ne veut pas se mouiller dans les camps qui s’affrontent et se tient à l’écart des feux. Il justifie cette « neutralité » au bénéfice des « intérêts économiques et de la souveraineté » et reprend le récent discours du secrétaire d’État américain, Antony Blinken, sur le cas africain. « Les États-Unis ne dictent pas les choix de l’Afrique et personne d’autre ne doit le faire non plus », a sorti ce chef de la diplomatie américaine dans le cadre d’un voyage en Afrique du Sud. Une phrase qui a ravi le ministre malgache des Affaires étrangères, indifférent, quant à lui, sur la récente déclaration à la presse locale de l’ambassadrice américaine Clair Pierangelo qui regrette la neutralité malgache par rapport à l’invasion russe en Ukraine. « Les Américains se doivent d’accorder leur violon », invite Richard Randriamandrato. 

Rija R.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Ils ont dit

2 COMMENTAIRES

  1. Une Neutralité Positive !
    C’est ainsi que je qualifie l’option de Madagascar.
    Compte tenu de son Histoire,de sa Géographie et de son VÉCU colonial, le Pays ne saurait se mettre sous Tutelle Diplomatique ; aujourd’hui ou demain.
    A lui de ne pas transiger sur sa SOUVERAINETÉ, sa LIBERTÉ et les INTÉRÊTS de son peuple.
    Un espace diplomatique se doit d’être intangible.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici