- Publicité -
dimanche 25 septembre 2022
DomicileEconomieCrise alimentaire : Hausse de plus de 300% des prix d’intrants agricoles...

Crise alimentaire : Hausse de plus de 300% des prix d’intrants agricoles importés

La BAD met à disposition des financements pour la production alimentaire d’urgence.

Il faut prévenir une crise alimentaire, selon le président du groupe de la BAD (Banque Africaine de Développement), Akinwumi Adesina. Cette institution alloue 1,5 milliard de dollars pour la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence. Madagascar pourrait être le prochain bénéficiaire.

La production de blé, de maïs, de riz et d’autres cultures vivrières connaîtra une baisse, à cause des difficultés rencontrées par les exploitants agricoles. Ces difficultés sont liées à la forte augmentation du prix des engrais, selon le président de la BAD, Akinwumi Adesina. En effet, il n’aura pas fallu longtemps pour que la guerre de la Russie en Ukraine ait un impact sur l’Afrique. Déjà aux prises avec une inflation galopante et encore en train de se remettre de la pandémie de Covid-19, l’Afrique est désormais confrontée à une pénurie d’au moins 30 millions de tonnes de denrées alimentaires, en particulier de blé, de maïs et de soja importés de Russie et d’Ukraine. Selon la BAD, l’augmentation de plus de 300% du prix des engrais rend de plus en plus difficile pour les exploitants agricoles africains de produire suffisamment de blé, de maïs, de riz et d’autres cultures. Sur le continent, un nombre croissant de personnes ne peuvent plus se permettre d’acheter du pain. Certes, les économies s’efforcent d’atténuer la famine provoquée par un conflit qui pourrait plonger quelque 30 millions d’Africains dans des niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire. Elle pourrait aggraver les tensions économiques et les troubles politiques. Avec des millions de personnes qui peinent à acheter de la nourriture, du carburant et des engrais, les manifestations antigouvernementales sont une réelle possibilité.

Facilité disponible. Dès le début, la BAD a évoqué la nécessité stratégique de s’attaquer à l’impact dévastateur de la guerre sur la sécurité alimentaire. « Il était important d’éviter des troubles et encore plus de souffrances humaines. En mai, la BAD a créé une Facilité africaine de production alimentaire d’urgence de 1,5 milliard de dollars. En moins de 60 jours, elle a mis en œuvre dans 25 pays africains des programmes d’une valeur de 1,13 milliard de dollars dans le cadre de cette facilité. Une demi-douzaine d’autres programmes devraient être lancés d’ici septembre, à mesure que d’autres gouvernements feront appel à la facilité », a indiqué le président de la BAD. La Facilité africaine de production alimentaire d’urgence permettra de fournir à 20 millions d’exploitants agricoles des semences de blé et d’autres cultures de base certifiées et adaptées au changement climatique, ainsi qu’un accès accru aux engrais agricoles. Au cours des deux prochaines années, la facilité permettra aux agriculteurs de produire 38 millions de tonnes supplémentaires de nourriture, soit une augmentation de 30 % de la production locale, pour une valeur estimée à 12 milliards de dollars, d’après le président de la BAD. Afin de faciliter un investissement mondial encore plus important dans le secteur agricole africain, la facilité soutiendra également l’intensification des réformes de la gouvernance et des politiques. Bref, les financements sont disponibles. Pour Madagascar, il s’agit d’améliorer sa capacité d’absorption et de proposer une allocation économiquement rentable.

Antsa R.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici