- Publicité -
lundi 26 septembre 2022
DomicileEconomieFilière bovine : « Il faut donner une valeur économique au zébu malgache » selon...

Filière bovine : « Il faut donner une valeur économique au zébu malgache » selon Baritia Rakotovao

Baritia Rakotovao DG de Foyer des Paysans de Madagascar

La lutte contre la malnutrition passe par la professionnalisation de l’élevage. Baritia Rakotovao, le Directeur Général du groupement d’intérêt économique  Foyer des Paysans de Madagascar  (FPM) prône le concept « agripreneur » et affirme la nécessité de « donner  une  valeur économique au  zébu malgache » 

Une manière pour lui d’affirmer que l’élevage contemplatif et culturel du zébu est plus que jamais révolu. Par « agripreneurs »  le DG de FPM fait référence à ce qu’il nomme les  entrepreneurs  agricoles. 

Non actifs

Des acteurs économiques qui peuvent peser lourd quand on sait que Madagascar compte actuellement 3 178 000 foyers paysans.  Malheureusement la grande majorité des membres de ces foyers paysans sont des non actifs qui  dépendent encore d’une prise en charge de l’Etat pour subsister.  « Le seul moyen de renverser la tendance est de transformer les paysans à charge en moteur de développement », soutient le président de FPM.  « Actuellement, les paysans souhaitent  se développer et se professionnaliser mais ils ont, besoin d’un  coup de pouce de l’Etat », ajoute notre interlocuteur qui interpelle notamment  les départements ministériels en charge de l’agriculture de l’élevage, de  la pêche et du commerce pour que ces derniers mettent en place les bonnes politiques de développement.  Sur ce point d’ailleurs le Foyer des Paysans de Madagascar roule pour la  mise en place d’une politique stratégique du secteur agricole. Une proposition dans ce sens sera soumise aux autorités par le FPM au mois de septembre prochain. Elle se fera sous forme d’un plan stratégique de 7 ans pour la période 2023 – 2030. « Ce sera une contribution massive des paysans pour l’atteinte des objectifs de développement durable sur l’élimination de la faim et la mise en place de la sécurité alimentaire » affirme  Baritia Rakotovao.

Réouverture

Il affirme par ailleurs que la réouverture du commerce extérieur de zébu est plus que jamais d’actualité.  « La reprise des exportations bovines  augmentera les besoins créera des opportunités de marché », continue-t-il en insistant sur le rôle prépondérant du concept de traçabilité dans le développement de la filière bovine. La traçabilité développée dans le projet LITS permet de suivre le bovidé depuis sa naissance jusqu’à sa commercialisation finale, en constituer un gage de qualité et de bonne santé du cheptel. C’est  pour cette raison d’ailleurs que le FPM qui a intégré la plateforme de l’élevage bovin apporte sa contribution dans le déploiement du projet de pose des boucles pour zébu.  « L’approche paysannat est plus efficace car il est plus facile de se convaincre entre paysans », dans ce processus où l’on doit surtout parler d’intérêt économique.

Les appuis techniques, de gestion et commercial des paysans sont également sollicités.

R.Edmond.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Guide du week-end

1 COMMENTAIRE

  1. Donner une valeur économique au zébu malgache…à des fins de lutter contre la malnutrition

    – en mettant les fainéants de paysans au travail …sous-entendu…de gré ou de force ,
    – préconisant un plan stratégique agricole de 7 ans : parfait ! Alors nous allons attendre septembre pour découvrir en quoi pourra consister ce plan stratégique pluriannuel .
    – en reprenant l’exportation des bovins .
    Quid de la problématique foncière et sécuritaire !??

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici