- Publicité -
lundi 26 septembre 2022
DomicileVisionGorbatchev, le dernier géant politique du XXème siècle

Gorbatchev, le dernier géant politique du XXème siècle

C’était le dernier des géants de l’histoire du XXème siècle. Le décès de Mikhaïl Gorbatchev a été l’occasion pour les chefs d’État occidentaux de saluer ce dirigeant de l’URSS qui a été à l’origine de la fin de la guerre froide, démantelant l’empire soviétique et libérant ainsi les pays satellites de leur joug. Sous sa présidence, la politique internationale a changé et la confrontation entre les deux blocs s’est muée en une détente bénéfique pour le monde entier. Cependant, son rêve de voir son pays prospérer dans le climat démocratique qu’il a initié s’est évanoui après le coup d’État organisé par les conservateurs et l’arrivée au pouvoir de Boris Eltsine a par la suite précipité celle de Vladimir Poutine qui est tout son contraire. Aujourd’hui, c’est une autre facette de la géopolitique que l’on découvre avec la volonté de ce dernier chef d’État de restaurer la puissance russe par la reconstitution territoriale de l’ancien bloc soviétique.

Gorbatchev, le dernier géant politique du XXème siècle

Mikhaïl Gorbatchev est devenu secrétaire général du parti communiste soviétique en 1985 à l’âge de 54 ans, succédant à un Youri Andropov affaibli par la maladie. C’est la première fois qu’un aussi jeune dirigeant arrive au pouvoir. Tous les commentateurs disaient qu’il était parti pour diriger l’Union Soviétique pendant des dizaines d’années. Il s’est tout de suite distingué de ses prédécesseurs en voulant desserrer le carcan dictatorial du régime et changer radicalement sa nature. Il prône la liberté d’expression ainsi qu’une ouverture économique, allant de pair avec une restructuration de la société. Cette politique de la perestroïka bouleverse totalement les codes régissant le fonctionnement du pouvoir. C’est le début d’une libéralisation qui touche tous les secteurs. On note entre autres la restitution des terres aux paysans, l’autorisation de la création d’entreprises, la  mise en place d’un pluralisme politique ou la libéralisation partielle de la presse (glasnost). Un vent de liberté souffle sur tous les pays de l’ancien bloc communiste. Ces derniers s’émancipent de la tutelle de leur ancien parrain. Le point d’orgue de ce mouvement est la destruction du mur de Berlin sans aucune réaction des Soviétiques. L’Occident applaudit l’attitude de Mikhaïl Gorbatchev mais n’apporte pas l’aide économique souhaitée par ce dernier pour transformer entièrement le pays. Le président russe le reproche aux dirigeants européens. Il sera victime d’un coup d’État ourdi par les conservateurs. On connaît la suite des événements et cela aboutira à l’arrivée d’Eltsine, puis de Poutine au pouvoir. 

Patrice RABE 

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici