- Publicité -
lundi 26 septembre 2022
DomicileEditoMIDIRAMA : Un climat sociopolitique assez tendu 

MIDIRAMA : Un climat sociopolitique assez tendu 

La semaine a été assombrie par  les échos de la fusillade déclenchée par les forces de la gendarmerie d’Ikongo contre une population venue demander qu’on leur livre des présumés kidnappeurs d’un enfant albinos. Le bilan de cette ouverture du feu est sanglant et il continue de s’aggraver malgré l’évacuation des victimes dans les centres de santé de la région. Le drame a eu un retentissement national et même international car la réaction des gendarmes était, semble-t-il, disproportionnée. Le pouvoir a tout de suite réagi, en envoyant une forte délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre. La prise en charge des soins prodigués aux victimes a été faite, mais elle n’a pas empêché le décès de certains blessés. Une enquête approfondie sera menée pour déterminer exactement les circonstances de cette tragédie. Le député d’Ikongo et non moins vice-président de l’Assemblée nationale n’a pas mâché ses mots sur la façon dont a été gérée cette affaire. Il a demandé qu’une enquête parlementaire soit menée. Tout le monde attend le résultat des investigations menées par les autorités officielles. Ce drame a en partie éclipsé le déroulement des  JMJ qui ont commencé lundi dernier à Antsirabe. Ce rassemblement de 30 000 jeunes pèlerins s’est déroulé dans la joie et la ferveur. Il se clôturera demain. Dans la capitale, les dissensions au sein du conseil municipal continuent d’alimenter les conversations.  Le problème de la régularisation des taxis-motos a été mis au grand jour. Après la manifestation de ces derniers à la fin de la semaine dernière, ce sont les taxis qui ont fait une démonstration de force à travers la ville, mardi dernier.  

Sur le plan international, la situation politique semble toujours aussi tendue. On ne constate aucune accalmie sur le front russo-ukrainien avec la continuation des tirs de missiles sur les villes près du Donbass. L’inquiétude s’est cristallisée sur l’évolution des conditions de sécurité dans la centrale nucléaire de Zaporijia. Des explosions ont lieu régulièrement aux alentours du site et Russes et Ukrainiens s’accusent mutuellement d’en être les auteurs. L’équipe de l’A.I.E.A. (Agence Internationale de l’Energie Atomique) arrivée sur place va mener ses investigations pour connaître les conditions dans lesquelles les ingénieurs russes travaillent. Ils vont s’assurer qu’aucune catastrophe du type de celle de Tchernobyl ne se produise.

Aux États-Unis, le président Joe Biden retrouve un regain de popularité après l’annonce de ses succès sur les plans économique et social. C’est fort de son bilan qu’il a adressé un message aux électeurs à Philadelphie, dénonçant l’extrémisme de Donald Trump. Le clin d’œil fait aux républicains modérés est évident, ceux-ci ne voulant pas voter pour les candidats soutenus par l’ancien président. Le locataire de la maison blanche enclenche une vaste offensive avant les élections de mi-mandat.

Le Pakistan est en train de subir les pires inondations de son histoire causées par le cyclone qui vient de le frapper. Un tiers du pays est sous les eaux et on dénombre plus d’un millier de morts. Les scientifiques mettent en cause le réchauffement climatique.

Ce mois de septembre débute dans un climat politico-social assez tendu. Les difficultés rencontrées par la population dans leur vie quotidienne continuent de s’accroître, mais aucune véritable solution n’est apportée pour y remédier. Aucune véritable éclaircie dans le ciel malgache n’est à prévoir. 

Patrice RABE

La semaine a été assombrie par  les échos de la fusillade déclenchée par les forces de la gendarmerie d’Ikongo contre une population venue demander qu’on leur livre des présumés kidnappeurs d’un enfant albinos. Le bilan de cette ouverture du feu est sanglant et il continue de s’aggraver malgré l’évacuation des victimes dans les centres de santé de la région. Le drame a eu un retentissement national et même international car la réaction des gendarmes était, semble-t-il, disproportionnée. Le pouvoir a tout de suite réagi, en envoyant une forte délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre. La prise en charge des soins prodigués aux victimes a été faite, mais elle n’a pas empêché le décès de certains blessés. Une enquête approfondie sera menée pour déterminer exactement les circonstances de cette tragédie. Le député d’Ikongo et non moins vice-président de l’Assemblée nationale n’a pas mâché ses mots sur la façon dont a été gérée cette affaire. Il a demandé qu’une enquête parlementaire soit menée. Tout le monde attend le résultat des investigations menées par les autorités officielles. Ce drame a en partie éclipsé le déroulement des  JMJ qui ont commencé lundi dernier à Antsirabe. Ce rassemblement de 30 000 jeunes pèlerins s’est déroulé dans la joie et la ferveur. Il se clôturera demain. Dans la capitale, les dissensions au sein du conseil municipal continuent d’alimenter les conversations.  Le problème de la régularisation des taxis-motos a été mis au grand jour. Après la manifestation de ces derniers à la fin de la semaine dernière, ce sont les taxis qui ont fait une démonstration de force à travers la ville, mardi dernier.  

Sur le plan international, la situation politique semble toujours aussi tendue. On ne constate aucune accalmie sur le front russo-ukrainien avec la continuation des tirs de missiles sur les villes près du Donbass. L’inquiétude s’est cristallisée sur l’évolution des conditions de sécurité dans la centrale nucléaire de Zaporijia. Des explosions ont lieu régulièrement aux alentours du site et Russes et Ukrainiens s’accusent mutuellement d’en être les auteurs. L’équipe de l’A.I.E.A. (Agence Internationale de l’Energie Atomique) arrivée sur place va mener ses investigations pour connaître les conditions dans lesquelles les ingénieurs russes travaillent. Ils vont s’assurer qu’aucune catastrophe du type de celle de Tchernobyl ne se produise.

Aux États-Unis, le président Joe Biden retrouve un regain de popularité après l’annonce de ses succès sur les plans économique et social. C’est fort de son bilan qu’il a adressé un message aux électeurs à Philadelphie, dénonçant l’extrémisme de Donald Trump. Le clin d’œil fait aux républicains modérés est évident, ceux-ci ne voulant pas voter pour les candidats soutenus par l’ancien président. Le locataire de la maison blanche enclenche une vaste offensive avant les élections de mi-mandat.

Le Pakistan est en train de subir les pires inondations de son histoire causées par le cyclone qui vient de le frapper. Un tiers du pays est sous les eaux et on dénombre plus d’un millier de morts. Les scientifiques mettent en cause le réchauffement climatique.

Ce mois de septembre débute dans un climat politico-social assez tendu. Les difficultés rencontrées par la population dans leur vie quotidienne continuent de s’accroître, mais aucune véritable solution n’est apportée pour y remédier. Aucune véritable éclaircie dans le ciel malgache n’est à prévoir. 

Patrice RABE

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Guide du week-end

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici