- Publicité -
lundi 26 septembre 2022
DomicileSociétéFournitures scolaires hors de prix : Risque de décrochage scolaire massif 

Fournitures scolaires hors de prix : Risque de décrochage scolaire massif 

Le taux d’abandon scolaire à Madagascar risque de prendre une pente ascendante en raison de la hausse généralisée des prix des fournitures scolaires. Nombreux sont ceux qui s’attendent à un soutien plus appuyé de la part de l’Etat. 

Une facture salée pour les parents. C’est le jour « J » pour la rentrée scolaire selon le calendrier établi par le ministère de l’Education nationale. Mais pour certains parents d’élèves, la course aux fournitures scolaires est loin d’être achevée. Largement impactés par l’inflation, les prix des fournitures ont aussi pris leur envol cette année. C’est le cas pour les cahiers dont la hausse se situerait entre 2 000 à 3 000 ariary le paquet. Le prix du paquet de 10 pièces pour les cahiers de 100 pages est affiché à 15 000 ariary si l’année dernière il était encore à 12 000 ariary.  Le paquet de 10 pièces pour les cahiers de 50 pages est de 10 000 ariary. «Jamais une rentrée scolaire n’a été aussi difficile à gérer selon mes souvenirs. J’ai toute une liste mais avec mes moyens, je priorise les cahiers et bien sûr les stylos qui vont nécessairement avec. Quant aux cartables, ceux de l’année dernière sont heureusement en bon état donc encore réutilisables », déplore une mère de famille de trois enfants. On imagine aisément le jonglage du budget pour chaque ménage sachant qu’un enfant coûte au bas mot dans les 150 000 ariary minimum. Ceux qui scolarisent leurs enfants dans les écoles privées ne sont pas mieux lotis. Selon un responsable d’une école privée, bon nombre de parents ont négocié un échelonnement du paiement des droits d’inscription.

Aides. D’autres parents n’ont de choix que de déscolariser certains de leurs enfants. Il est vrai que les droits d’inscription dans les établissements scolaires publics sont gratuits mais toujours est-il que ceci n’allège qu’en partie les charges à supporter des parents puisqu’il faut bien acheter les fournitures scolaires. Bien de ménages aspirent à ce que l’Etat actionne une initiative dans le sens du kit scolaire «mora» ou «tsinjo», c’est selon, ne serait-ce que pour les familles les plus vulnérables. L’Etat distribue certes des kits mais l’on a observé ces dernières années que ceux-ci le sont uniquement en cours d’année scolaire, ce qui n’arrange pas vraiment les ménages ciblés.

Narindra Rakotobe

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici